Vaccination en Ehpad : quand Gérard Larcher dénonce un dossier de consentement de "58 pages"

Vaccination en Ehpad : quand Gérard Larcher dénonce un dossier de consentement de "58 pages"
Gérard Larcher, le 26 novembre 2020.

, publié le mercredi 06 janvier 2021 à 17h10

Le président du Sénat a assuré mercredi sur France 2, document à l'appui, que le dossier vaccinal de son père, résident en Ehpad, faisait 58 pages. Or, sur Twitter, des internautes, parmi lesquels la députée LREM Aurore Bergé, ont rétorqué qu'il s'agissait du dossier reçu par les directeurs d'Ephad, et pas les résidents. 

Lancée depuis fin décembre, la stratégie vaccinale du gouvernement contre le Covid-19 est critiquée de toutes parts, notamment à cause de sa lenteur. Invité mercredi 6 janvier de France 2, Gérard Larcher a déploré  la lourdeur administrative dans le dossier vaccinal et la demande de consentement pour les résidents en Ehpad, qui sont parmi les premiers à pouvoir bénéficier du vaccin. 



"Je voudrais vous parler de la simplification", a lancé le président Les Républicains du Sénat, alors que le ministre de la Santé Olivier Véran a promis  d'"amplifier, accélérer et simplifier" la stratégie vaccinale. "Voilà le dossier vaccinal de consentement d'un résident qui est très cher à mon cœur, parce qu'il est très proche de moi : 58 pages. Quand on a dépassé 90 ans, avoir ce type de bureaucratie est incompréhensible", a fustigé l'ancien maire de Rambouillet, en parlant de son père. "C'est de l'éthique incompréhensible" a-t-il insisté. 




Il a aussi dénoncé "l'impréparation vaccinale" et "une logistique totalement défaillante" après l'accélération de la campagne de vaccination anti-Covid annoncée par le gouvernement.

Or, sur Twitter, des internautes ont répliqué que ce dossier ne concernait pas les résidents, mais les directeurs d'Ehpad, "pour les guider dans l'obtention du consentement de leurs résidents en lien avec le personnel soignant".





Jordan Pouille, journaliste du Monde, et la députée La République en marche Aurore Bergé, ont de leur côté publié des exemples de formulaires de consentement ne faisant qu'une page. 


 




Cela n'est néanmoins pas contradictoire avec ce qu'avance Gérard Larcher. En effet, ces formulaires ne sont pas des documents gouvernementaux. En effet, si le recueil du consentement est indispensable, après la "délivrance d'une information loyale, claire et appropriée", "il n'est pas recommandé, en revanche, de demander au résident lui-même de confirmer son consentement par écrit, afin de rester au plus près des règles de droit commun applicables", précise le guide de 45 pages à destination des directeurs d'Ehpad. 





 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.