Vaccination des enseignants : Rachida Dati persiste et signe

Vaccination des enseignants : Rachida Dati persiste et signe
La maire du VIIe arrondissement de Paris Rachida Dati, le 29 août 2020.

, publié le jeudi 08 avril 2021 à 14h09

La maire Les Républicains du VIIe arrondissement de Paris assure qu'elle n'est pas dans l'illégalité avec l'ouverture de son centre de vaccination anti-Covid dédié aux enseignants et personnels des écoles, qui ne sont pas encore prioritaires, dont Anne Hidalgo a demandé la fermeture.  

Alors que la campagne de vaccination contre le Covid-19 s'accélère, les enseignants devraient prochainement faire partie du public prioritaire.

Mais ce n'est pas encore le cas. Or, fin mars, Rachida Dati a décidé d'ouvrir un centre de vaccination dans le VIIe arrondissement de Paris dont elle est la maire pour faire vacciner ces derniers et autres personnels des écoles, contre l'avis de la maire PS de Paris Anne Hidalgo. 



"Nous ne sommes pas dans l'illégalité, parce que la vaccination est fondée sur une circulaire et non pas sur un décret, un arrêté ou une loi, donc on ne viole aucune règle et aucune loi en vaccinant de manière plus large", a justifié jeudi 8 avril l'élue Les Républicains lors d'une conférence de presse préparatoire au prochain Conseil de Paris. "Il y a des doses soit non affectées, soit qui risquent d'être perdues ou jetées" et la mairie du 7e a décidé de les affecter à ces "publics essentiels que sont les enseignants ou les personnels des crèches et des écoles", s'est ainsi défendue l'ancienne garde des Sceaux.

Tensions avec Hidalgo

L'initiative de Rachida Dati provoque de vives tensions avec la majorité PS de la ville, Anne Hidalgo ayant notamment demandé au préfet Didier Lallement de procéder à la fermeture de ce centre. Mme Dati avait alors demandé dans un communiqué "aux services de l'Etat et au préfet de police de ne plus céder à la pression et aux menaces de Mme Hidalgo", dénonçant le "manque d'anticipation, de vision et d'organisation" de la maire de Paris.

"J'ai dit au préfet Lallement, que j'ai eu en ligne, que je ne céderai pas à la pression", avait-elle par ailleurs assuré au Parisien. "Moi, je me sers des doses non utilisées chaque jour pour vacciner les enseignants et ce n'est pas pour rien que je n'ai eu qu'une classe sur quatre-vingt-deux qui a fermé la semaine dernière", avait-elle fait valoir. 

"Vous avez été rappelée à l'ordre par le préfet et l'ARS car vous enfreignez les règles des publics éligibles fixées par le gouvernement", lui avait répondu dans un tweet le 5 avril le premier adjoint PS Emmanuel Grégoire.



Le groupe Changer Paris, que préside Rachida Dati et qui rassemble les élus Républicains, centristes et indépendants au Conseil de Paris, plaide également pour vacciner les personnes hébergées en résidence sociale. 
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.