Vaccination contre le Covid-19 : "On a choisi un chemin différent", assume Gabriel Attal

Vaccination contre le Covid-19 : "On a choisi un chemin différent", assume Gabriel Attal
Gabriel Attal, à Paris, le 9 décembre 2020

publié le dimanche 03 janvier 2021 à 10h10

En comparaison avec ses voisins, la France est en retrait dans le nombre de vaccinations réalisées depuis la mise à disposition des doses. Le porte-parole du gouvernement assume.

"L'accélération est déjà engagée".

Dans les colonnes du Parisien, Gabriel Attal a défendu la stratégie de l'exécutif dans le déploiement du vaccin contre le Covid-19 en France, alors que les critiques fusent quant à un "retard à l'allumage" de la campagne de vaccination. "On ne juge pas le succès d'une campagne vaccinale de six mois au bout de sept jours", estime ainsi le porte-parole du gouvernement, dans un entretien publié dimanche 3 janvier.

"On a le même nombre de doses que nos voisins, mais on a choisi un chemin différent. Le choix de protéger d'abord les populations les plus à risque, pour lesquelles il y a davantage de logistique et de précautions à prendre, conduisait à un démarrage forcément progressif. Nous l'assumons mais, comme l'a dit le président de la République, cela ne peut pas justifier des délais inutiles", déclare t-il, dans la lignée de l'allocution du président de la République, à l'occasion des voeux de la Saint-Sylvestre.

"L'accélération demandée par le président est déjà engagée", affirme t-il. "Dès ce week-end, nous commençons à vacciner des soignants de plus de 50 ans, ce qui était prévu initialement pour février".


Les derniers chiffres de Santé Publique France montrent une légère hausse du nombre de patients hospitalisés et en réanimation, après une baisse continue ces derniers jours. Avec 157 nouveaux décès en 24 heures, le Covid a causé la mort de 65.921 personnes depuis le début de l'épidémie.

"Les premiers mois de l'année seront difficiles", avec une épidémie qui pèsera "au moins jusqu'au printemps", avait prévenu le chef de l'Etat dans ses voeux aux Français. Il a promis qu'il ne laisserait pas une "lenteur injustifiée s'installer" dans la campagne de vaccination, alors que les critiques sur ce point ne faiblissent pas.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.