Vaccination contre le Covid-19 : Gabriel Attal appelle les Français à la "solidarité" pour laisser la priorité aux plus fragiles

Vaccination contre le Covid-19 : Gabriel Attal appelle les Français à la "solidarité" pour laisser la priorité aux plus fragiles
Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal, en avril 2021.

publié le dimanche 02 mai 2021 à 13h25

"Aujourd'hui, on est encore dans la situation où on doit avoir des priorités et notamment la priorité de protéger ceux qui sont les plus à risque de faire une forme grave", a souligné le porte-parole du gouvernement. 

Depuis samedi 1er mai, la vaccination contre le Covid-19 est élargie "à tous les Français majeurs 'fragiles'", parmi lesquels les personnes obèses et celles qui souffrent d'hypertension, de diabète, d'insuffisance rénale ou cardiaque. Si aucune "prescription médicale" ne leur sera demandée, le gouvernement a enjoint les Français à faire preuve de "solidarité" et de responsabilité.  "Vous avez encore plusieurs millions de personnes qui sont considérées comme prioritaires qui sont encore dans l'attente d'une vaccination.

C'est elles qu'il faut vacciner en priorité. Il faut un peu de solidarité", a souligné le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal dimanche 2 mai sur Europe 1



"La France, comme tous les pays dans le monde, est limitée par le nombre de doses qu'elle reçoit. On en reçoit de plus en plus, et au fur et à mesure qu'on reçoit plus de doses, on élargit les publics. Mais aujourd'hui, on est encore dans la situation où on doit avoir des priorités et notamment la priorité de protéger ceux qui sont les plus à risque de faire une forme grave, d'abord pour leur santé et ensuite pour la situation à l'hôpital", a poursuivi le porte-parole du gouvernement.

Gabriel Attal a par ailleurs dénoncé les communes qui ont décidé de ne pas respecter les étapes dictées par le gouvernement, prenant l'exemple de la ville de Cannes où le maire LR David Lisnard a décidé d'ouvrir la vaccination aux plus de 40 ans. "Les Alpes-Maritimes est un département où il y a eu une situation sanitaire difficile plus tôt que dans le reste de la France. Donc on leur a envoyé davantage de doses pour qu'ils puissent aller plus vite dans la campagne de vaccination", a indiqué le porte-parole du gouvernement.

"Donc peut-être qu'ils sont allés un peu plus vite que les autres sur certains publics. Mais plutôt que de garder les doses pour sa commune, allez chercher des publics qui ne sont prioritaires ailleurs. Mettez en place des campagnes pour aller chercher les personnes isolées par exemple", a suggéré Gabriel Attal. 

Le porte-parole du gouvernement a également assuré que les objectifs de vaccination du gouvernement seraient "atteints". "10 millions de personnes ont reçu une première injection à la mi-avril : on a atteint notre objectif avec une semaine d'avance", a rappelé Gabriel Attal. L'objectif de "20 millions à la mi-mai, on l'atteindra, et 30 millions à la mi-juin à l'atteindra aussi", a-t-il promis.

Au 1er mai, 15,8 millions de personnes avaient reçu au moins une injection de vaccin, ce qui représente 23,5% de la population totale et 30% de la population adulte, et près de 6,5 millions de Français avaient reçu deux injections, soit près de 10% de la population totale et 12,4% de la population majeure. 
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.