Vaccination anti-Covid : "Pasteur doit se retourner dans sa tombe", estime Jean Castex

Vaccination anti-Covid : "Pasteur doit se retourner dans sa tombe", estime Jean Castex
Le Premier ministre Jean Castex, le 28 juillet 2021 à l'Elysée.

publié le jeudi 29 juillet 2021 à 12h44

"Nous n'avons pas été au rendez-vous de la course aux vaccins", a déploré jeudi matin à Agen le Premier ministre, assurant avoir vécu comme "un traumatisme l'affaire de Sanofi-Pasteur".

Pour faire face à la quatrième vague de Covid-19, l'exécutif exhorte depuis plusieurs semaines déjà la population à se faire vacciner, notamment avec l'extension du pass sanitaire. Si les problèmes de doses du début de la campagne sont désormais bien loin, le Premier ministre regrette néanmoins l'absence de vaccin français. 



"J'ai vécu comme un traumatisme l'affaire de Sanofi-Pasteur", a confié Jean Castex jeudi 29 juillet lors d'un déplacement à Agen.

"Pasteur est déjà bien agacé sans doute par ceux qui considèrent que la vaccination est un danger, il doit se retourner dans sa tombe", a-t-il lâché, estimant que la France n'avait "pas été au rendez-vous de la course aux vaccins".

"Notre devoir, c'est de tirer très vite les enseignements structurels. C'est la vertu des crises que celle-ci a mis en évidence", a poursuivi le chef du gouvernement. "On n'est pas là pour commenter le lait renversé, il faut agir au niveau Français et européen, c'est une question de souveraineté", a-t-il insisté. 

"Nous n'avons pas été à la hauteur. Je pense en particulier aux vaccins après des décennies de sous-investissements en recherche, des liens distendus entre tous les acteurs, et le résultat en recul en matière de production.  Nous sommes aujourd'hui au 4e rang alors que nous étions premiers il y a 20 ans", a indiqué Jean Castex, assurant que l'Etat tendait à inverser la tendance avec un réinvestissement dans la recherche et un plan d'innovation en santé en 2030 "qui prévoit 7 milliards d'euros pour réinvestir ce domaine". La France doit être le "premier écosystème européen sur l'innovation en santé", a-t-il martelé.

Après l'annonce en décembre de retards du groupe pharmaceutique français Sanofi dans ses recherches de vaccin contre le Covid-19, l'Institut Pasteur avait annoncé en janvier avoir abandonné son principal projet de vaccin, faute d'essais concluants. Mais un sérum mis au point par Sanofi sera finalement disponible au mois de décembre, a assuré début juillet le président de la branche française du groupe.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.