Une deuxième journée de solidarité rapporterait "2,5 milliards d'euros"

Une deuxième journée de solidarité rapporterait "2,5 milliards d'euros"
Des pensionnaires d'une maison de retraite le 4 mai 2017 de Saint-Étienne (Loire).

, publié le lundi 21 mai 2018 à 16h00

L'économiste Frédéric Bizard était l'invité de RTL lundi 21 mai. Il a évalué l'intérêt d'une deuxième "journée solidarité" durant laquelle les Français travailleraient gratuitement pour financer la dépendance.

Depuis 2004, le lundi de Pentecôte est une "journée de solidarité".

Les salariés travaillent... mais ne sont pas payés. Leur employeur reverse leur salaire du jour à l'Etat, qui s'en sert pour financer la dépendance des personnes âgées. Cette mesure avait été mise en place après la canicule de 2003 qui avait fait 15 000 morts. Depuis 2008, les employeurs peuvent fixer librement la date de cette journée, ou bien l'aménager, voire l'offrir à leurs salariés.

L'Etat envisagerait de mettre en place une deuxième journée du genre. Agnès Buzyn, la ministre de la Santé, puis Emmanuel Macron, se sont exprimés dans ce sens. "L'intérêt, c'est que ça permet d'apporter 2,5 milliards d'euros chaque année" a souligné l'économiste Frédéric Bizard, invité de RTL, lundi 21 mai.



Il a précisé que cette somme était "plus que le besoin estimé aujourd'hui" pour financer l'aide aux personnes âgées, mais il a rappelé qu'il y avait "un rattrapage nécessaire". "En terme d'argent apporté, c'est largement satisfaisant" a t-il conclu.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.