Une députée LREM trouve "terrible" que son mari doive se priver d'acheter une Porsche

Une députée LREM trouve "terrible" que son mari doive se priver d'acheter une Porsche
Véronique Hammerer à Bordeaux, le 11 mai 2017.

Orange avec AFP, publié le vendredi 22 décembre 2017 à 18h30

La vie est décidément très difficile pour les députés LREM. La semaine dernière déjà, une parlementaire de la majorité, restée anonyme et citée par l'Opinion, se plaignait de devoir "manger pas mal de pâtes" depuis qu'elle ne gagnait plus qu'environ 5.000 euros nets par mois.

Vendredi 22 décembre, c'est une de ses collègues, également membre de la majorité qui a fait part de ses états d'âme dans le quotidien Sud-Ouest. La députée de Haute-Gironde, Véronique Hammerer, aimerait pouvoir vivre sa passion des "belles bagnoles", mais maintenant qu'elle siège à l'Assemblée, elle craint la malveillance des gens.


"J'ai acheté il y a quelques temps une Coccinelle, un vrai bijou. Mais je vis la revendre. On en a discuté avec des amis et des militants : une députée en décapotable, ce n'est pas possible..., a-t-elle expliqué à Sud-Ouest. Avec mon mari, on aime les belles bagnoles. Il voulait justement remplacer son Santa Fé de 12 ans d'âge par une Porsche Cayenne. Je lui ai dit de ne pas le faire, sinon j'entends déjà les réflexions. Il y aura toujours des gens malveillants. C'est terrible en même temps!"

Le quotidien local a par ailleurs souligné que la déclaration d'intérêts de Mme Hammerer "souffrait de quelques oublis", notamment la mention de son activité de directrice adjointe de Centre intercommunal d'action social, un poste qu'elle occupait juste avant son élection. "Allez, je vais la refaire", a-t-elle promis, assurant qu'elle comprenait que désormais, les citoyens s'intéressaient à ces questions.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU