"Une démonstration d'unité" : Valérie Pécresse en meeting dès lundi avec Éric Ciotti

"Une démonstration d'unité" : Valérie Pécresse en meeting dès lundi avec Éric Ciotti
Éric Ciotti et Valérie Pécresse à Paris, le 4 décembre 2021.

publié le dimanche 05 décembre 2021 à 13h42

Valérie Pécresse est confrontée à un double défi : faire revenir à elle les électeurs tentés par la macronie, mais aussi rallier les tenants de la droite dure qui ont voté pour Éric Ciotti.

Face au défi d'unir la droite sociale et la droite dure en vue de la présidentielle 2022, Valérie Pécresse tiendra un meeting avec son concurrent déçu Éric Ciotti dès lundi. Une manière de "faire cette démonstration d'unité et de rassemblement" des Républicains, a expliqué samedi 4 décembre le porte-parole d'Éric Ciotti, Stéphane Le Rudulier.

Interrogé en compagnie du porte-parole du mouvement de Valérie Pécresse -Libres !-, Vincent Jeanbrun, il a estimé que "cela a été une campagne merveilleuse avec un débat digne et de qualité".

"Seul un candidat républicain peut battre le président sortant et incontestablement, au vu de la teneur des attaques depuis cet après-midi (samedi), il y a un vent de panique tant du côté d'Emmanuel Macron que d'Éric Zemmour et Marine Le Pen", a insisté celui qui est également sénateur des Bouches-du-Rhône.

Lundi, Valérie Pécresse se rendra à Saint-Martin-Vésubie (Alpes-Maritimes), dans le village d'Éric Ciotti.

Une manière de "faire cette démonstration d'unité et de rassemblement" des Républicains, a-t-il conclu.


Quant à Vincent Jeanbrun, il a loué le "courage" et la "volonté" de la candidate LR. "Elle a les épaules, a-t-il assuré. Elle gère l'Île-de-France, la première région d'Europe. On est toujours bluffé par sa capacité à faire face aux critiques ignobles de l'opposition et de les dépasser pour aller toujours de l'avant."

"Je veux faire se lever un espoir et je reprendrai mon tour de France pour aller vous rencontrer et vous convaincre", a assuré samedi Valérie Pécresse, en promettant qu'elle ne serait pas "une présidente du zigzag et de la godille politique".

Car la candidate LR doit, si elle veut l'emporter, ramener à elle les électeurs tentés par la macronie, alors que l'ex-LR Édouard Philippe, toujours populaire dans l'électorat de droite, a lancé à l'automne son mouvement Horizons.

"Elle ne parle pas que d'immigration et de sécurité, mais aussi de croissance forte dans le respect de l'environnement, d'éducation...", assure la présidente de la fédération LR de Paris Agnès Evren, selon qui "Valérie Pécresse est la seule à pouvoir faire la synthèse de la droite sociale à la droite forte".

Cette droite forte est présente chez LR, comme l'ont rappelé les 39% d'Éric Ciotti, qui a mené campagne avec des propositions de "rupture", très musclées, "pour que la France reste la France". Premier à parler samedi, après l'annonce des résultats, il a averti : "Ce sont les valeurs d'autorité, d'identité et de liberté que les Français ont plébiscitées" dans ce congrès. Et "je veux être dans cette campagne le garant de ces attentes et de cet engagement", a-t-il ajouté. Car la menace Éric Zemmour guette : quelques heures après les résultats, le nouveau candidat à l'extrême droite a appelé comme Marine Le Pen les électeurs d'Eric Ciotti à le rejoindre.

"Ciotti doit avoir sa place" dans la campagne, estime le député pécressiste Robin Reda, selon qui "les électeurs ont envoyé un message très clair : la droite ne pourra pas gagner si elle abdique sur ses valeurs d'autorité, la volonté de protéger les Français et défendre la culture française".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.