Un peu de droits pour les ubérisés, beaucoup d'aide pour les ubériseurs

Libération, publié le lundi 18 juin 2018 à 20h56

Ubérisés mais un peu mieux couverts : c'était l'une des grandes promesses de campagne d'Emmanuel Macron, offrir plus de protection aux salariés d'Uber, Deliveroo, Foodora et autres plateformes de mise en relation internet, aujourd'hui quasiment privés de couverture sociale. «Il y a un vide, une protection à imaginer pour ces travailleurs qui ne peuvent pas être considérés comme des salariés», explique à Libération Aurélien Taché, député LREM du Val-d'Oise.

Pour le combler, l'élu a déposé un amendement au projet de loi «avenir professionnel», adopté vendredi soir alors que le vote définitif sur l'ensemble du texte doit intervenir ce mardi à l'Assemblée nationale. Objectif selon son auteur : donner des droits aux salariés «ubérisés» qui conduisent des VTC ou

Lire la suite sur Libération

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU