Politique

Un appel à manifester contre les “violences policières” le 23 septembre a été lancé par une majeure partie de la gauche

Plusieurs organisations de la gauche appellent à manifester le 23 septembre prochain, près de deux mois après la mort de Nahel.

Plusieurs organisations et partis de gauche, dont EELV, LFI et la CGT, ont appelé à une manifestation contre le "racisme systémique", les "violences policières" et pour "la justice sociale et les libertés" le 23 septembre prochain, a rapporté Le Figaro. Ces mêmes acteurs avaient déjà appelé à se rassembler le 15 juillet, quelques jours après les émeutes ayant suivi la mort de Nahel, tué par un policier après un refus d’obtempérer. La manifestation avait été interdite par la préfecture de police, décision confirmée par la justice.

Ils dénoncent les déclarations des syndicats

Les principaux acteurs de cet appel à manifester ont plusieurs revendications. "Une réforme en profondeur" de la police, "le remplacement de l'IGPN par un organisme indépendant de la hiérarchie policière et du pouvoir politique", le "renforcement des moyens de lutte contre le racisme" ou encore un "plan d'investissement public ambitieux dans les quartiers populaires et sur l'ensemble du territoire". Ils ont également dénoncé les déclarations de certains syndicats policiers après la mort de Nahel et les propos du directeur général de la police nationale, Frédéric Veaux, qui avait estimé, après l’agression du jeune Hedi, à Marseille, qu’un policier n’avait pas sa place en prison avant un éventuel procès, "même s'il a pu commettre des fautes ou des erreurs graves dans le cadre de son travail".

publié le 1 août à 19h49, Lilian Moy, 6Medias

Liens commerciaux