UE : quand la première ministre polonaise se moque de la popularité de Hollande

UE : quand la première ministre polonaise se moque de la popularité de Hollande

La première ministre polonaise Beata Szydlo s'est moqué le 10 mars 2017 de la cote de popularité de François Hollande.

Orange avec AFP, publié le samedi 11 mars 2017 à 16h45

Les débat ont été agités lors du sommet de l'Union européenne qui a vu la réélection de Donald Tusk à la présidence du Conseil européen. Et c'est François Hollande qui a fait les frais de la colère de la Première ministre polonaise, furieuse après les débat sur une Europe à plusieurs vitesse.

"Devrais-je prendre au sérieux le chantage d'un président qui a 4% de soutien dans les sondages et qui bientôt ne sera plus président ? Je ne sais pas", a lancé Beata Szydlo devant la presse, vendredi 10 mars, revenant sur les tensions de la veille lors du Conseil.

Selon des médias polonais, le président français aurait évoqué la question des fonds structurels massivement octroyés à la Pologne par l'UE, provoquant la colère de la Polonaise. Mais ni une source européenne, ni l'entourage du président, interrogés par l'AFP, n'ont confirmé qu'il y avait eu des mots assimilables à une menace portant sur ces fonds. François Hollande a réaffirmé que l'UE n'était pas "un jeu à somme nulle où l'on calculait ce qu'on obtenait pour examiner ce que l'on consentait à mettre en œuvre", a affirmé la source européenne.

Les dirigeants européens débattaient à Bruxelles de leur avenir à 27, après une première réunion jeudi marquée par l'opposition de la Pologne à la reconduction du Polonais Donald Tusk à la tête du Conseil européen. Vendredi, l'Allemagne et la France ont poussé vers le scénario d'une Europe à "plusieurs vitesses" pour surmonter l'épreuve du Brexit, rencontrant encore une fois l'opposition de Varsovie. "Nous n'accepterons jamais de parler d'une Europe à plusieurs vitesses", avait prévenu Beata Szydlo, estimant que cela "compromettrait l'intégrité" de l'UE.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
314 commentaires - UE : quand la première ministre polonaise se moque de la popularité de Hollande
  • Enfin une qui a compris et dont on publie ses commentaires.

  • J'ai connu une polonaise qui bouffait du Hollande au p'tit déjeuner... Eh ben, celle-ci n'a pas hésité une seconde à remettre notre spécimen à sa place, lui qui se prend si au sérieux qu'on dirait l'envoyé des gardiens de la galaxie, en visite sur Terre pour honorer ses sujets de son acerbe grandiloquence. Pour dix mille euros par mois, il pourrait se payer un psy pour le prix d'un coiffeur et là au moins les contribuables en auraient pour leur argent.

  • Monsieur 4% c qui ???

  • Elle se moque, c’est tout ce qu‘elle peut faire.
    Elle n’est pas d’accord avec l’élection du polonais Donald Tusk à la présidence du Conseil européen. C’est son droit, mais la Pologne dispose, au Conseil européen, de 27 voix sur 352, ce n’est pas suffisant pour remettre l’élection en cause.

    Qu'on la renvoie dans le giron Russe

  • Pauvre François ! il est temps qu'il parte et qu'il se retire de la vie politique... Heureusement que le ridicule ne tue pas sinon il serait mort depuis bien longtemps le pauvre François IV....

    Il n'est pas plus ridicule que la polonaise et son ex-pape qui a fricoté avec la mafia italienne contre le socialisme (documentaire vu sur la chaine parlementaire)