Trop de femmes à la direction : la Ville de Paris condamnée à 90.000 euros d'amende

Trop de femmes à la direction : la Ville de Paris condamnée à 90.000 euros d'amende
La maire de Paris Anne Hidalgo, le 29 octobre 2020.

, publié le mardi 15 décembre 2020 à 14h15

La maire de Paris Anne Hidalgo a dénoncé mardi 15 décembre en Conseil de Paris une amende "absurde", "injuste", "irresponsable" et "dangereuse", estimant qu'il fallait "promouvoir des femmes avec détermination et vigueur car le retard partout en France est encore très grand".



La parité va dans les deux sens. La maire de Paris Anne Hidalgo a annoncé mardi 15 décembre en séance du conseil de Paris que la Ville devait payer une amende de 90.000 euros pour avoir nommé trop de femmes à aux postes de direction, Avec "69% de nominations, 11 femmes et seulement cinq hommes", "la direction de la Ville serait tout à coup devenue beaucoup trop féministe", a ajouté l'édile socialiste.



"Ce qui est très beau avec la bureaucratie, c'est qu'elle ne connaît absolument pas le discernement et que donc elle ose tout", a-t-elle raillé, avant de préciser qu'elle irait "(elle)-même porter ce chèque avec mes adjointes, mes directrices et l'ensemble des femmes du Secrétariat Général". "Donc nous serons nombreuses", a-t-elle poursuivi, ajoutant sous les applaudissement qu'elle "proposerai(t) bien sûr à toutes les présidentes de groupe, majorité comme opposition, de se joindre à (elles) si elles le souhaitent pour venir porter ce chèque de 90.000 euros à la ministre de la Fonction publique".

"Accélérer le tempo"

"Cette amende est évidemment absurde. Plus encore, elle est injuste, irresponsable, dangereuse", a fustigé Mme Hidalgo, estimant qu'il fallait "promouvoir des femmes avec détermination et vigueur car le retard partout en France est encore très grand". "Pour promouvoir et arriver un jour à la parité, il faut accélérer le tempo et faire en sorte que dans les nominations il y ait plus de femmes que d'hommes", a-t-elle expliqué. 

"Ce chiffre très élevé contribue fortement à la féminisation des emplois de l'encadrement supérieur et dirigeant" de la Ville, a reconnu le ministère de la fonction publique dans son bilan annuel du dispositif des nominations équilibrées institué en 2013, rapporte Le Monde. "Il aboutit toutefois à un non‑respect de l'objectif légal de 40 % de nominations de personnes de chaque sexe dans ces emplois", a-t-il ajouté. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.