Tribune de militaires : Jean-Luc Mélenchon annonce faire "un signalement" auprès du procureur général

Tribune de militaires : Jean-Luc Mélenchon annonce faire "un signalement" auprès du procureur général©Bertrand GUAY / AFP

publié le lundi 26 avril 2021 à 19h29

Cinq jours après la parution d'une tribune signée par des militaires dans Valeurs Actuelles, le leader de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon fait part de son indignation sur les réseaux sociaux.

Un texte qui fait décidément polémique. Après la ministre des Armées Florence Parly, la ministre déléguée à l'Industrie Agnès Pannier-Runacher, puis plusieurs figures de la gauche, c'est au tour de Jean-Luc Mélenchon de s'en indigner.


Valeurs Actuelles a publié mercredi dernier une tribune, lancée par l'ancien officier Jean-Pierre Fabre-Bernadac et signée par "une vingtaine de généraux, une centaine de hauts gradés et plus d'un millier d'autres militaires" selon l'hebdomadaire.

Le texte appelle le président Emmanuel Macron à défendre le patriotisme. Les militaires y disent aussi être "disposés à soutenir les politiques qui prendront en considération la sauvegarde de la nation".

Ces militaires dénoncent le "délitement" qui frappe la patrie et "qui, à travers un certain antiracisme, s'affiche dans un seul but : créer sur notre sol un mal-être, voire une haine entre les communautés", et un pouvoir qui "utilise les forces de l'ordre comme agents supplétifs et boucs émissaires face à des Français en gilets jaunes exprimant leurs désespoirs". "Nous sommes disposés à soutenir les politiques qui prendront en considération la sauvegarde de la nation", ajoutent-il.

Une lettre envoyée au procureur

"Nous sommes aujourd'hui le 26 avril. Le 21 avril, le journal Valeurs Actuelles a publié un texte signé par 20 généraux à la retraite, jour anniversaire du putsch des généraux félons en Algérie", a constaté Jean-Luc Mélenchon, dans une série de messages publiés sur Twitter.


"C'est la première fois depuis les évènements de la guerre d'Algérie qu'on voit en France des militaires à la retraite appeler leurs collègues d'actives pour rétablir je ne sais quelles 'valeurs civilisationnelles', plutôt que les valeurs républicaines", continue-t-il.

"L'article 40 du code de procédure pénal nous fait le devoir à nous parlementaires de dénoncer ces faits. Ce que nous avons fait en envoyant une lettre au procureur de la République au nom des 17 députés nationaux et 6 députés européens insoumis", rappelle-t-il.

Puis d'ajouter : "Le journal Valeurs Actuelles semble s'être donné pour mission d'appeler à une insurrection. Il a publié à sa Une un appel à l'insurrection de Philippe de Villiers. (...) Cela fait 5 jours que les Garde des Sceaux et le procureur de la République sont silencieux. Nous demandons que le procureur engage des poursuites. Nous demandons que le service de renseignement des armées passe au crible la liste des signataires."

"Nous faisons un signalement au titre de l'article 40 du code de procédure pénale auprès du procureur général Rémi Heitz. Nous demandons à Mme Parly d'activer les services de renseignement des armées. Les militaires eux-mêmes doivent faire le ménage", s'indigne le leader de la France insoumise.

"Un quarteron de généraux en charentaises"

Ce lundi, Agnès Pannier-Runacher a "condamn(é) sans réserve cette tribune d'un quarteron de généraux en charentaises qui appelle au soulèvement". "Soixante ans jour pour jour après le putsch des généraux contre le général de Gaulle, tout cela n'est pas gratuit (...) Le masque tombe, le vernis craque, Marine Le Pen c'est l'extrême droite et c'est très exactement le même schéma qu'il y a 60 ans", a-t-elle estimé sur franceinfo, lundi 26 avril. "C'est une insulte pour l'armée", a t-elle ajouté.

De son côté, la présidente du Rassemblement national, Marine Le Pen, disant "souscri(re) à (leurs) analyses et partage(r) (leur) affliction", avait invité les militaires, dans un texte paru également dans Valeurs Actuelles, à "(se) joindre" à l'"action" du parti "pour prendre part à la bataille qui s'ouvre (...) qui est avant tout la bataille de la France".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.