Transferts d'argent et clandestins : les "Jeunes pour Montebourg" lâchent leur candidat

Transferts d'argent et clandestins : les "Jeunes pour Montebourg" lâchent leur candidat
Arnaud Montebourg à Paris, le 21 octobre 2021.

publié le mardi 09 novembre 2021 à 11h22

Cette proposition ne lui avait jamais été "ni transmise ni mentionnée, de manière formelle ou informelle", a précisé l'organisation.

"Une proposition injuste et inhumaine". Les déclarations d'Arnaud Montebourg sur le blocage des transferts d'argent vers les pays qui ne coopèrent pas avec la France sur l'immigration clandestine ont choqué dans son propre camp.

À gauche, d'une part, et jusqu'aux "Jeunes pour Montebourg", qui ont annoncé lundi 8 novembre se mettre en retrait de la campagne de l'ancien ministre du Redressement productif.

"Vous avez aujourd'hui 100.000 mesures d'obligation pesant sur des personnes qui doivent quitter le territoire qu'on n'arrive pas à exécuter. Ces personnes sont là et sont d'ailleurs souvent des délinquants. Donc moi je suis décidé à taper au portefeuille", a expliqué l'ancien ministre socialiste dimanche dans le grand jury LCI/RTL/Le Figaro.


"Il y a 11 milliards de transferts d'argent qui passent par Western Union sur l'ensemble des pays d'origine. Nous bloquons tous les transferts aussi longtemps qu'on n'a pas un accueil de coopération, a-t-il dit. Ces transferts d'argent privé sont une manne pour ces pays et nous avons besoin aujourd'hui de dire : ça suffit."

"Cette proposition heurte fondamentalement nos valeurs et les raisons de notre engagement, ont expliqué les "Jeunes pour Montebourg" dans un communiqué publié sur leur compte Twitter, désormais déactivé. Elle est injuste et inhumaine, touchant des individus qui n'ont aucun lien avec les OQTF (obligation de quitter le territoire français) prononcées par l'administration ou avec les gouvernements visés par Arnaud Montebourg.

Cette proposition ne lui avait jamais été "ni transmise ni mentionnée, de manière formelle ou informelle", a précisé l'organisation, qui rappelle que Marine Le Pen et Éric Zemmour avaient déjà évoqué une telle mesure.

"Pour ces raisons, nous avons décidé de nous mettre en retrait de la campagne d'Arnaud Montebourg, ont encore écrit les "Jeunes pour Montebourg". Nous continuerons à prendre toute notre part au débat public et politique, sous une forme différente."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.