Tokyo-Paris à 350 000 euros : Édouard Philippe « assume »

Tokyo-Paris à 350 000 euros : Édouard Philippe « assume »©Panoramic

6Medias, publié le mercredi 20 décembre 2017 à 08h00

Pour rentrer de Nouvelle-Calédonie, début décembre, le Premier ministre Édouard Philippe et la délégation française qui l'accompagnait ont utilisé un avion affrété spécialement par l'État pour pouvoir rentrer plus vite à Paris. Ce vol "privé" a coûté 350 000 euros.

Une somme que le Premier ministre a dit « assumer » sur RTL ce mercredi matin.

« Dès qu'on parle des déplacements du Premier ministre ou du président de la République, les sommes sont toujours impressionnantes », a affirmé Édouard Philippe, qui comprend « parfaitement la surprise et les interrogations des Français ».

Pour justifier la décision de prendre ce « vol privé » qu'il « assume totalement », sur RTL le locataire de Matignon a mis en avant un impératif d'agenda. « On savait qu'il n'y avait pas de vol commercial à l'heure où nous allions rentrer et on savait qu'il fallait rentrer rapidement, car le président de la République partait le matin de notre retour en Algérie. Or la règle, dans la mesure du possible, est de faire en sorte que le Premier ministre ou le président de la République soit sur le territoire national, ce qui, vu les circonstances de l'époque, est plutôt une bonne règle. »

Édouard Philippe en a profité pour mettre en perspective cette affaire. « Je suis tellement conscient du coût des déplacements d'État, que j'essaie d'en limiter au maximum les frais. Par exemple, le voyage total en Nouvelle-Calédonie a coûté nettement moins cher, 30 % moins cher, que celui, identique, de mon prédécesseur, en Nouvelle-Calédonie. »

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU