TGV Bordeaux-Paris en retard : Alain Juppé s'en prend à la SNCF

TGV Bordeaux-Paris en retard : Alain Juppé s'en prend à la SNCF
Le maire de Bordeaux, Alain Juppé, le 19 septembre 2017.
A lire aussi

Orange avec AFP, publié le mardi 06 février 2018 à 19h30

Le maire de Bordeaux, Alain Juppé, n'a pas apprécié le temps de trajet de son TGV Bordeaux-Paris ce mardi 6 février.

La SNCF a réduit la vitesse de ses trains ce mardi sur une partie de son réseau en raison de la neige, occasionnant des retards. "Depuis ce matin, on a été contraint d'abaisser la vitesse de nos TGV, passant de 320 km/h en moyenne à 220 voire 160 km/h sur les secteurs les plus enneigés", a expliqué la compagnie ferroviaire à l'AFP.

Ces réductions de vitesse concernent les Lignes à grande vitesse (LGV) Atlantique (Bretagne, pays de Loire, sud-ouest), Nord et Est-européennes (vers Metz et Strasbourg) et impliquent des retards n'excédant pas 20 minutes selon la SNCF.



Sur la LGV Atlantique, le froid et la neige ont néanmoins entraîné des complications plus importantes : un rail fissuré à hauteur de Vendôme (Loir- et-Cher) qui oblige les trains à circuler à 40 km/h sur un petit tronçon, et un dysfonctionnement de signalisation dans un tunnel entre Marcoussis et Massy.



Conséquence : sur cette ligne, certains TGV accusent des retards compris entre 1h et 1h30 à leur arrivée en gare Montparnasse, et 20 à 40 minutes dans l'autre sens.

Passager de l'un de ces TGV, Alain Juppé n'a pas manqué de faire savoir son exaspération : "5cm de neige, Bordeaux-Paris 4h. Bravo la SNCF", a-t-il écrit sur son compte Twitter.

"La neige s'agglutine dans les bas de caisse des TGV. Au fur et à mesure, cette neige se transforme en glace. Quand deux TGV se croisent, on peut avoir des blocs de glace qui se détachent, et ça peut occasionner de la casse", a précise la SNCF. Le maire de Bordeaux s'était déjà plaint il y a quelques semaine d'un train arrivé en retard sur la ligne Bordeaux-Paris.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.