StopCovid : le gouvernement compte toujours sur l'application pour "éviter le reconfinement"

StopCovid : le gouvernement compte toujours sur l'application pour "éviter le reconfinement"
Le secrétaire d'Etat au numérique, Cédric O, à Paris le 29 mai 2020

, publié le mardi 29 septembre 2020 à 21h30

Un outil "très utile" qui pourrait "éviter le reconfinement". C'est ainsi que Cédric O a décrit ce mardi l'application de traçage StopCovid lancée en juin dernier, qui souffre d'une très grande impopularité.

L'application n'a convaincu que 3 millions de Français en quatre mois, mais Cédric O ne désespère pas.

Le secrétaire d'Etat chargé de la Transition numérique persiste et signe sur l'utilité de StopCovid, l'application gratuite de traçage des personnes contaminées par le Covid-19, invitant une nouvelle fois "tous les Françaises et les Français" à la télécharger.

Au micro d'Europe 1 mardi 29 septembre, Cédric O a réaffirmé l'importance de cet outil dans la lutte contre l'épidémie de coronavirus, admettant toutefois devoir "retravailler" pour convaincre. Comparé à ses voisins allemands ou britanniques, l'Exécutif a du mal à faire entrer cet outil dans les pratiques des Français. La semaine passée, le Premier ministre Jean Castex a lui-même avoué qu'il n'avait pas téléchargé l'application sur son smartphone. 



"Eviter le reconfinement"

L'application StopCovid est "très utile dans le métro, dans les restaurants, dans les bars", a énuméré le secrétaire d'État, selon qui le service lancé au début du mois de juin "peut être utile pour éviter de fermer les bars". "Ça va nous aider à éviter le reconfinement et la propagation de l'épidémie", a-t-il assuré.

Face à l'incertitude de l'évolution du coronavirus et aux indicateurs qui passent au rouge dans de nombreuses villes de France, comme à Paris qui menace de passer en "zone d'alerte maximale", les membres du gouvernement laissent en effet entendre qu'un reconfinement n'est pas impossible

L'impopularité de l'application française dénote avec les applications équivalentes chez les voisins européens. En Allemagne, moins de 24 heures après son lancement le 16 juin dernier, 6,4 millions de personnes avaient déjà téléchargé "Corona-Warn-App", atteignant 18 millions de téléchargements en septembre. La version britannique cumule quant à elle plus de six millions d'installations depuis sont lancement le 24 septembre. 




 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.