Statut de la Corse : que prépare Emmanuel Macron ?

Statut de la Corse : que prépare Emmanuel Macron ?
Emmanuel Macron lors d'un discours à Bastia le 7 février 2018.

publié le dimanche 04 mars 2018 à 10h24

De passage en Corse au début du mois de février, Emmanuel Macron a accepté d'inscrire la Corse dans la constitution. Concrètement, de quoi s'agit-il ? Le journal du Dimanche daté du 4 mars livre quelques éléments de réponse.

L'île de Beauté devrait ainsi faire l'objet d'un article spécifique supplémentaire, "dont la formulation fera l'objet de discussions", note le JDD. L'article 72 qui fixe les compétences des collectivités territoriales devrait ainsi être corrigé afin de leur donner davantage de liberté.



Le Figaro rapportait mercredi 28 février, que le gouvernement avait également envisagé d'inscrire la Corse dans l'un des articles consacrés aux collectivités d'outre-mer, les 73 et 74. Une option, qui aurait, selon le quotidien national, la préférence des nationaliste, étant donné le caractère "autonomiste et libéral" selon Le Figaro, de l'article 74. Celui-ci leur permettrait d'inscrire les "intérêts spécifiques" de la Corse dans la Constitution, détaillait sur France 3 André Fazi, docteur en Sciences politiques, cité par Le Figaro.



Une réécriture de l'article 72 aurait donc remporté les faveurs du gouvernement. "Une petite révolution, et pas seulement pour la Corse", analyse le JDD.
Si elles sont toutes concernées par ce nouvel article, les collectivités locales pourraient de façon pérenne déroger aux règles qui régissent leur compétence. Reste à savoir si, dans le cadre de la modification de l'article 72, le gouvernement offrira à chaque collectivité la possibilité de formuler des revendications locales ou si la Corse seule bénéficiera des dérogations permises dans le nouvel article.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.