Soupçons d'emplois fictifs : François Fillon "témoin assisté" pour un nouveau chef d'accusation

Soupçons d'emplois fictifs : François Fillon "témoin assisté" pour un nouveau chef d'accusation
François Fillon à Paris, le 23 avril 2017.

Orange avec AFP, publié le jeudi 12 octobre 2017 à 18h45

Déjà mis en examen dans l'enquête sur les soupçons d'emplois fictifs de sa femme et de ses enfants, François Fillon a de plus été placé sous le statut de "témoins assisté", fin juillet, pour "escroquerie aggravée" dans cette affaire, a appris jeudi 12 octobre l'AFP de sources proches du dossier.

Mis en examen en mars notamment pour "détournement de fonds publics" et "complicité et recel d'abus de bien sociaux", l'ex-candidat de la droite à l'élection présidentielle a été reçu fin juillet par les juges d'instruction pour être entendu pour la première fois sur le fond de l'affaire. A l'issue de cette audition, les magistrats l'ont, en plus, placé sous le statut de témoin assisté pour le chef d'"escroquerie aggravée", selon des sources proches du dossier.

CAMPAGNE EMPOISONNÉE

L'affaire, révélée fin janvier, avait empoisonné la campagne électorale de l'ancien Premier ministre, parti favori de la course à la présidentielle jusqu'à sa défaite au premier tour.

Au cœur du dossier, les soupçons d'emplois fictifs de sa femme Penelope et de ses enfants au Parlement. Les investigations portent aussi sur les salaires touchés de mai 2012 à décembre 2013 par son épouse pour un emploi dans une revue littéraire, la "Revue des deux mondes", propriété d'un homme d'affaires proche de François Fillon, Marc Ladreit de Lacharrière.

En mars, le parquet national financier avait délivré aux juges d'instruction un réquisitoire supplétif, élargissant le champ des investigations à des faits d'"escroquerie aggravée".

CONFLIT D'INTÉRÊTS ?

Des documents saisis à l'Assemblée, en particulier une fiche de renseignements sur laquelle l'épouse du candidat avait déclaré en juillet 2012 un travail mensuel à la Revue des deux Mondes de seulement 14 heures, intriguaient les enquêteurs. Penelope Fillon avait été mise en examen quelques jours plus tard, notamment pour "recel d'escroquerie aggravée". Les investigations se concentrent depuis quelques mois sur les activités de 2F Conseil, la société que l'ex-Premier ministre avait créée en 2012, peu de temps avant de redevenir député. Les enquêteurs cherchent à savoir s'il y a pu y avoir d'éventuels conflits d'intérêts.

Désormais retiré de la vie politique, François Fillon, 63 ans, a rejoint début septembre, en tant qu'associé, la société de gestion d'actifs et d'investissement Tikehau Capital.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
268 commentaires - Soupçons d'emplois fictifs : François Fillon "témoin assisté" pour un nouveau chef d'accusation
  • On va le poursuivre jusqu'à dans ses toilettes ? C'est lamentable cet acharnement de bas étage.

  • L'affaire Ferrand ? L'affaire Bayrou ? L'affaire Fabius ? On en parle toujours pas ???
    Sans parler des affaires concernant Macron bien sur...
    Il semblerait que l'œil gauche des journalistes soit devenu aveugle !

  • --Pendant ce temps l'affaire Ferrand est classée sans suite.

    Quelle honte cette justice et cette république

  • avec son langage de premier communiant....
    sa tronche d'employé des PFG......
    ses fringues d'un autre age.....

    qui lu cru......

    Avez vous regardez Collomb?

  • En taule !

    --Et Ferrand alors non, blanchi par la justice française.

    Quelle honte