Sortie de l'état d'urgence sanitaire : coup de force surprise de l'Assemblée contre le gouvernement

Sortie de l'état d'urgence sanitaire : coup de force surprise de l'Assemblée contre le gouvernement
(illustration)

publié le mardi 11 mai 2021 à 19h20

Les parlementaires ont voté à la surprise générale contre l'article clé du projet de loi de sortie progressive de l'état d'urgence sanitaire qui comprend le controversé "pass sanitaire" Plusieurs députés ont fustigé le "mépris" de l'exécutif.

Surprise à l'Assemblée. Les parlementaires réunis dans l'hémicycle ont rejeté l'article premier du projet de loi de sortie de crise sanitaire défendu par l'exécutif, mardi 11 mai.

Ce revers surprise pour le gouvernement est dû à la position des députés du groupe MoDem, allié habituel de la majorité, qui a "voté de manière unanime" contre la disposition, rejetée par 108 voix contre 103.


"Depuis le début, nous avions donné des lignes rouges. Nous constatons qu'il n'y a pas eu de dialogue, pas d'écoute", a déclaré le député de Vendée Philippe Latombe, pour expliquer la position du parti centriste.


"L'ensemble du groupe a décidé de voter contre cet article premier et souhaite un retour des discussions" sur les points de discorde. "C'est le rôle des parlementaires que de faire une loi claire, intelligible, et cohérente", a t-il estimé.


"Lorsqu'on méprise le Parlement, les parlementaires, même les plus bienveillants, commencent à se rebiffer", a constaté pour sa part l'élu UDI Pascal Brindeau. "Que le ministre de la Santé ne vienne pas donner de leçons!". "Il faut aujourd'hui que le gouvernement revoie sa copie".


"Les alertes ont été nombreuses sur le risque qu'il y a à s'installer, comme si de rien n'était, dans ce qui relève d'un régime d'exception", commente le député PCF Stéphane Peu, qui a fustigé un "summum de mépris" de la représentation nationale dans les discussion de la veille à l'Assemblée. "Même pas un regard! Même pas une écoute! Alors forcément, à un moment donné, ça suffit ! Le Parlement doit reprendre ses droits et le régime d'exception ne peut pas être le confort d'un gouvernement qui se moque de l'Assemblée nationale et du peuple français".

"Non, vous ne pouvez pas fonctionner de conseil de défense en conseil de défense, de conférence de presse du Président en conférence de presse du Président. C'est ici que les choses doivent se passer, et ce vote vient vous le rappeler d'une manière tout à fait cinglante", a quant à lui lancé Ugo Bernalicis, élu de La France insoumise. "Vous ne pouvez pas gérer cette crise tous seuls dans votre coin selon vos propres désirs et vos conseils de défense", a t-il estimé.

 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.