SNCF: "la grève n'est pas une fin en soi", selon des syndicats

SNCF: "la grève n'est pas une fin en soi", selon des syndicats

"La grève n'est pas une fin en soi" mais plutôt un moyen pour les syndicats d'entrer dans "de réelles négociations" avec le gouvernement et obtenir "du résultat", ont indiqué vendredi la ...

AFP, publié le vendredi 16 mars 2018 à 18h20

"La grève n'est pas une fin en soi" mais plutôt un moyen pour les syndicats d'entrer dans "de réelles négociations" avec le gouvernement et obtenir "du résultat", ont indiqué vendredi la CGT-Cheminots et l'Unsa-ferroviaire.

La ministre des Transports Elisabeth Borne recevait vendredi les quatre syndicats de la SNCF qui ont appelé, la veille, à une grève au rythme de "deux jours sur cinq" d'avril à juin contre la réforme ferroviaire que l'exécutif entend mener par ordonnances.

"La question qui est posée, c'est de savoir si le gouvernement et la direction de l'entreprise souhaitent réellement ouvrir de véritables négociations sur l'avenir du service ferroviaire en France. Aujourd'hui, ils nous écoutent, (la ministre) nous dit qu'elle veut négocier, mais réellement, il n'y a pas de négociations", a déclaré Cyrille Reneaud, secrétaire fédéral de la CGT-Cheminots (1er syndicat), à la sortie du ministère.

"La grève n'est pas une fin en soi. Évidemment, si le gouvernement persiste dans cette ligne-là, on sera obligés de rentrer en grève pour obtenir de réelles négociations. La balle est du côté du gouvernement", a-t-il ajouté.

Reçue plus tôt par Mme Borne, l'Unsa-ferroviaire (2e syndicat) est sur la même ligne.

"Je pense que très rapidement, on va aller sur un calendrier (de négociation) un peu plus convaincant, mais surtout avec une méthode et un agencement des travaux plus sérieux et plus pragmatique avec du résultat", a déclaré son secrétaire général, Roger Dillenseger.

"On est toujours totalement opposés à la fin du recrutement au statut qu'on peut tout simplement faire évoluer sans le supprimer", a dit le syndicaliste. "Il faut travailler sur ce statut tout de suite et rapidement, mais également sur la convention collective afin de construire un réel pacte social des cheminots", a-t-il poursuivi.

Concernant le souhait de SUD Rail de consulter les grévistes le 4 avril sur une grève reconductible tous les jours, M. Dillenseger a assuré que "l'unité syndicale reste intacte". "On est sur une démarche unitaire", a abondé M. Reneaud. "C'est toujours les cheminots qui décident. Ils s'inscriront dans la grève ou pas".

Une délégation Unsa, menée par son secrétaire général, Luc Bérille, a été reçue dans l'après-midi à Matignon par le Premier ministre et Mme Borne.

"Nous avons insisté sur le fait qu'il fallait changer la méthodologie, afin que lors des discussions, on sache ce qui est retenu ou pas pour la future loi", a déclaré M. Bérille. Selon lui, Édouard Philippe a "entendu le message".

L'Unsa a également souligné que transformer le statut de la SNCF en la faisant passer en société anonyme "aurait comme effet immédiat de plomber l'entreprise, dont la dette ne sera plus garantie par l'État et sera forcément dès le départ handicapée". Le Premier ministre, qui en est "conscient", a dit que c'était "un sujet incontournable qu'il fallait traiter", a assuré M. Bérille.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
45 commentaires - SNCF: "la grève n'est pas une fin en soi", selon des syndicats
  • Comme le disait Brassen : quand on naît usager on reste usager jusqu'à la mort! La chanson sur l'égoisme!

  • Alire certain les cheminots sont la base des problems de la france le reseau sncf ne depend pas des agents de la sncf mais de l'ensemble des entreprises qui sont designees par le gouvernement . si certaines lignes ne fonctionnent plus normalement la cause ne vient pas des agents de la sncf mais bien de l"etat qui ne subventionne plus les remises en conformites des lignes parce que soit disant non rentable mais pourquoi non rentable puisque un usager qui avant circulait sur le trjet à 90 km/h et aujourddhui a 50 voit son temps de parcours ralonge alors que faiyt li prendre sa voiture . si l'enretient etait effectue normalement le reseau secondaire pourrait etre + utilise avec d'avantage de train et plus rapidement . si l'on veut tuer son chien on dit qu'il a la rage alors il en est de meme avec la S N C F SansNous Comment Faire oui . ne vous dechargez pas seulement sur le dos des agents sncf ils font avec les moyens . et vous les usagers vous ne constatez pas le nombre de fermeture des gares alors vous pouvez juger de la mentalite des responsables . la ou est le problems regardez bien mais vous n'etes pas à l'abrit de la futur situation qui sera peut etre la votre

  • Alire certain les cheminots sont la base des problems de la france le reseau sncf ne depend pas des agents de la sncf mais de l'ensemble des entreprises qui sont designees par le gouvernement . si certaines lignes ne fonctionnent plus normalement la cause ne vient pas des agents de la sncf mais bien de l"etat qui ne subventionne plus les remises en conformites des lignes parce que soit disant non rentable mais pourquoi non rentable puisque un usager qui avant circulait sur le trjet à 90 km/h et aujourddhui a 50 voit son temps de parcours ralonge alors que faiyt li prendre sa voiture . si l'enretient etait effectue normalement le reseau secondaire pourrait etre + utilise avec d'avantage de train et plus rapidement . si l'on veut tuer son chien on dit qu'il a la rage alors il en est de meme avec la S N C F SansNous Comment Faire oui . ne vous dechargez pas seulement sur le dos des agents sncf ils font avec les moyens . et vous les usagers vous ne constatez pas le nombre de fermeture des gares alors vous pouvez juger de la mentalite des responsables . la ou est le problems regardez bien mais vous n'etes pas à l'abrit de la futur situation qui sera peut etre la votre

    avatar
    MURMURE  (privé) -

    Je suis entièrement d'accord avec votre analyse.

  • La France: Pays des champions de grève. Les usagers sont toujours les victimes.

  • On peut très bien comprendre la position des syndicats de défendre des acquis mais ces acquis ne peuvent pas rester en décalage grandissant par rapport à d'autres professions qui ont parfois plus de pénibilité dans leur quotidien.Il ne faut pas opposer les citoyens entre eux mais par contre, les syndicats doivent bien comprendre que par équité, il faut harmoniser les différents statuts des français.
    On peut difficilement accepter par exemple des modes de calcul de pension de retraite complètement différent entre les professions.
    La menace des syndicats est également incompréhensible au regard que les modifications majeures des statuts des cheminots ne seront applicables que pour les nouveaux entrant et ceux actuellement en fonction continueront à bénéficier de leurs avantages. Cela veut dire que la mise en place va se faire de façon progressive.