SNCF : l'intersyndicale appelle les cheminots à poursuivre la grève

SNCF : l'intersyndicale appelle les cheminots à poursuivre la grève
Lors d'une manifestation CGT/FO/FSU contre Emmanuel Macron et la loi Travai, le 21 septembre 2017. (Illustration)

leparisien.fr, publié le mercredi 13 juin 2018 à 19h35

Plusieurs syndicats lancent également un appel commun à une journée de mobilisation le 28 juin.

L'intersyndicale de la SNCF (CGT, Unsa, SUD, CFDT) a appelé ce mercredi les cheminots à poursuivre la grève contre la réforme ferroviaire et à se mobiliser «massivement» le 28 juin, dernier jour du calendrier des grèves, a déclaré Laurent Brun (CGT cheminots) à l'issue de la réunion.

La veille, la CGT cheminot avait annoncé qu'elle allait annoncer à ses partenaires de «renforcer la grève avec de nouvelles dates de mobilisation au-delà du 28 juin».

Dans le même temps, la CGT, FO et les organisations de jeunesse Unef, UNL et Fidl ont appelé mercredi à une journée de mobilisation le 28 juin, avec des «initiatives» sur tout le territoire, pour la défense des étudiants, travailleurs, chômeurs et retraités.

C'est la première fois depuis la loi travail de 2016 que la CGT et FO organisent ensemble une mobilisation interprofessionnelle. Dans un communiqué, elles invitent les autres syndicats à « se réunir dès fin août pour analyser la situation sociale » et « envisager » des initiatives unitaires.

Grande journée de revendications

Mais cette fois, le syndicat Solidaires, allié traditionnel de la CGT, n'a pas souhaité s'associer à cet appel. La centrale appellera elle aussi à une mobilisation le 28 juin mais de son côté et sur « ses propres mots d'ordre », a précisé Eric Beynel, son porte-parole.

Les quatre organisations disent « s'inquiéter d'une remise en cause de notre modèle social et républicain et ce, dans un contexte d'explosion des inégalités ».

Pour construire un « rapport de force interprofessionnel », elles invitent leurs fédérations et syndicats à faire du 28 juin « une grande journée de revendications et de mobilisations en allant, notamment, à la rencontre des travailleurs et de la jeunesse ».

«Choix fiscaux en faveur des riches»

« La persistance de l'austérité entraîne des réductions drastiques de missions publiques et sociales et menace les services publics comme l'intégralité de la protection sociale », ajoutent-elles.

Elles dénoncent également « la modération salariale » et « la non-redistribution des richesses », de même que « les choix fiscaux qui sont faits en faveur des riches », réduisent « le pouvoir d'achat des travailleurs et aggrave la paupérisation ».

Alliées contre la loi travail portée en 2016 par la ministre socialiste Myriam El-Khomri, la CGT et FO ont organisé 14 manifestations nationales ensemble. Elles se sont brouillées depuis mais Pascal Pavageau, le numéro un de FO depuis avril, n'a jamais caché son envie de renouer avec la CGT.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.