Ségolène Royal regrette la tribune sur "la liberté d'importuner" signée par Catherine Deneuve

Ségolène Royal regrette la tribune sur "la liberté d'importuner" signée par Catherine Deneuve©Panoramic

, publié le mercredi 10 janvier 2018 à 11h05

L'ancienne ministre et candidate à la présidence de la République a condamné hier sur l'antenne de RTL la tribune sur la "liberté d'importuner, indispensable à la liberté sexuelle" publiée dans Le Monde, le mardi 9 janvier. Une centaine de femmes, dont Catherine Deneuve, dénonçaient un "puritanisme" apparu depuis l'affaire Weinstein, du nom d'un réalisateur américain accusé d'agressions sexuelles.

"Le viol est un crime. Mais la drague insistante ou maladroite n'est pas un délit, ni la galanterie une agression machiste", écrivent-elles.

Ségolène Royal a regretté cette tribune, et notamment que Catherine Deneuve y prête son nom. "Je trouve surtout très dommage qu'une grande dame comme Catherine Deneuve, parce que c'est essentiellement ce nom qui est utilisé et qu'on va retenir, cosigne cette tribune" a-t-elle déclaré à la radio.



Celle-ci explique que cette tribune et le nom de la comédienne qui y est associée risquent de participer à l'omerta des victimes de harcèlement ou de violences sexuelles. "Les victimes des violences sexuelles sont déjà écrasées par la peur de parler, par la loi du silence. Une fois de plus, les agresseurs leur diront, "bah, tu vois même Catherine Deneuve est d'accord avec ce que je t'ai fait" conclue-t-elle.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.