Ségolène Royal : "Mon parti, c'est la planète"

Ségolène Royal : "Mon parti, c'est la planète"
Ségolène Royal à Paris, le 24 janvier 2019

Orange avec AFP-Services, publié le vendredi 15 mars 2019 à 10h00

L'ancienne ministre de l'Environnement est revenue sur la candidature de l'essayiste Raphaël Glucksmann, qui espère mener une liste de gauche élargie pour les européennes de mai prochain. 

Au matin d'une journée de grève mondiale pour le climat, Ségolène Royal était l'invitée de France Info, ce vendredi 15 mars. L'ex-prétendante à l'Élysée, désormais ambassadrice chargée de la négociation pour les pôles, a apporté son soutien aux jeunes français et du monde entier qui défilent aujourd'hui pour alerter sur l'inaction climatique des gouvernements.



Plus encartée au PS

Interrogée sur la candidature de Raphaël Glucksmann pour prendre la tête d'une liste d'union de la gauche, l'ex-ministre a évoqué son éloignement du Parti socialiste (PS). Ségolène Royal a rappelé qu'elle n'est plus adhérente depuis plusieurs années. Combien de temps exactement ? "Je ne sais plus. Deux ans... je ne m'en souviens plus", a réagi l'ancienne présidente de la région Poitou-Charentes. "Moi, mon parti, c'est la planète, et il n'y pas de carte à prendre", a-t-elle lancé au micro de France Info.



"Ce n'est pas une décision formelle, anti-PS. Je pense que quand on adhère à un parti, il faut participer à ce parti. Je ne me vois pas vraiment retourner dans des réunions de sections", a insisté l'ancienne élue, qui a récemment apporté son soutien à la tribune d'Emmanuel Macron sur l'Europe. Elle avait alors salué un "texte à la fois bienvenu, rassembleur et imaginatif", sans se prononcer sur un possible ralliement à la liste de la majorité pour les européennes.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.