Présidentielle: LR choisit son candidat à partir de mercredi

Chargement en cours
Les prétendants à l'investiture LR pour la présidentielle - Michel Barnier, Valérie Pécresse, Eric Ciotti, Xavier Bertrand et Philippe Juvin - le 21 novembre 2021 sur le plateau de CNews à Paris
Les prétendants à l'investiture LR pour la présidentielle - Michel Barnier, Valérie Pécresse, Eric Ciotti, Xavier Bertrand et Philippe Juvin - le 21 novembre 2021 sur le plateau de CNews à Paris
1/4
© AFP, JULIEN DE ROSA

publié le lundi 29 novembre 2021 à 09h18

Encore quelques jours de suspense pour la droite qui ouvre mercredi le congrès chargé de désigner son candidat à la présidentielle de 2022, au terme d'une brève mais intense campagne très axée sur la sécurité et l'immigration.

Le nom du vainqueur sera connu samedi à 14H30: qui les adhérents choisiront-ils entre Michel Barnier, Xavier Bertrand, Eric Ciotti, Philippe Juvin et Valérie Pécresse?

Le scrutin, électronique, se tiendra à deux tours: le premier du mercredi 08H00 au jeudi 14H00 et le second du vendredi 08H00 au samedi 14H00 (la majorité des fédérations auront aussi un point de vote physique en soutien). Une conférence de presse suivra à 14H30 à chaque fois.

Côté pratique, le parti a tout fait pour sécuriser le processus, confié à la plateforme Neovote: "chaque électeur doit fournir un numéro de portable, une adresse mail et une adresse postale pour pouvoir voter", a rappelé le président de LR Christian Jacob dans le JDD.

Le scrutin s'annonce particulièrement incertain, en l'absence de sondages et de favori clair et alors que le nombre d'adhérents a bondi depuis septembre, avec 140.000 d'entre eux qui pourront voter au congrès.

Michel Barnier, sur une ligne de sérieux et d'apaisement, espère que sa fidélité et sa stature internationale paieront. Favori des sondages nationaux, Xavier Bertrand mise sur le triptyque autorité-territoires-travail pour gommer son éloignement du parti. Tout comme Valérie Pécresse qui promet avec pugnacité l'"ordre", régalien et économique, programme précis à l'appui.

La ligne dure d'Eric Ciotti pourrait, elle, séduire les plus radicaux chez LR tandis que Philippe Juvin promet une droite des services publics.

Pour défendre ces programmes, les candidats ont multiplié les déplacements à l'approche de l'échéance: Michel Barnier a tenu sa dernière réunion de campagne dimanche dans sa Savoie, à Aix-les-Bains, et ses concurrents devaient faire de même lundi soir: à Boulogne-Billancourt pour Valérie Pécresse, Rilleux-la-Pape (Rhône) pour Xavier Bertrand, Versailles pour Eric Ciotti et Paris pour Philippe Juvin.

Chacun avait auparavant effectué un marathon de déplacements, de fédération en salle des fêtes - jusqu'à 80 pour certains - leur permettant selon leurs calculs de rencontrer jusqu'à 15.000 personnes.

Cette campagne, condensée sur quelques semaines, a remis sur le devant de la scène un parti LR en convalescence depuis ses déroutes électorales, présidentielle puis européenne.

- "Leadership" -

"La droite a repris le leadership!", assure Christian Jacob qui souhaite "que les discussions du repas de Noël des Français tournent autour de notre candidat".

Le candidat de droite reste distancé dans les sondages pour la présidentielle, derrière Emmanuel Macron et l'extrême droite, mais LR espère qu'une dynamique s'enclenchera à partir de janvier avec la désignation du candidat.

Avec quatre débats télévisés et une élection ramassée sur quelques jours, le parti s'est déjà employé à occuper le terrain malgré la concurrence médiatique d'un Eric Zemmour qui fait durer le suspense sur sa candidature.

Le polémiste identitaire pourrait séduire l'aile dure de LR alors même que la macronie lance des appels du pied aux plus centristes: déportée vers la droite, la campagne pour l'investiture a beaucoup tourné autour des sujets d'immigration et de sécurité.

Droit du sang, peines plancher, construction de prisons... Les candidats ont fait assaut de fermeté lors des trois premiers débats télévisés, au risque d'occulter la santé, l'éducation, voire l'économie.

Un paradoxe pour un parti qui a dépensé une énergie considérable, depuis la déroute des européennes, à se reconstruire un socle programmatique, à coup de conventions thématiques allant de l'agriculture au handicap en passant par la dette ou la culture.

"Tout tourne autour d'une France fermée, peureuse", s'est inquiété mi-novembre le député LR Eric Woerth en déplorant la "place disproportionnée" de ces thématiques.

Un dernier débat télévisé, mardi à 21H05 sur France2, pourrait permettre d'élargir les thématiques.

Le vainqueur tiendra de toutes façons un grand meeting le 11 décembre porte de Versailles, avec 5.000 personnes espérées par le parti pour "lancer la mobilisation" autour du candidat.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.