Sarkozy condamné : Mélenchon redit sa "méfiance" envers la justice

Sarkozy condamné : Mélenchon redit sa "méfiance" envers la justice
Jean-Luc Mélenchon estime que la condamnation de Nicolas Sarkozy "débarrasse" Emmanuel Macron d'un "rival"

, publié le mercredi 03 mars 2021 à 19h20

"La situation n'est ni noire ni blanche", estime le leader de la France insoumise.

Il persiste et signe. Après avoir réagi à la condamnation de Nicolas Sarkozy en estimant qu'elle "débarassait Macron d'un sérieux rival", Jean-Luc Mélenchon a affiché sa "méfiance" face à une décision qui "accroît le malaise politique du pays", mercredi 3 mars.

Le candidat de LFI à la présidentielle a justifié, dans un billet posté sur les réseaux sociaux, un tweet de lundi où il avait écrit: "Sarkozy condamné, Macron débarrassé d'un sérieux rival". "Puisque j'ai lutté sans trêve contre Sarkozy, dès qu'il lui arrive quelque chose de mauvais je devrais commencer un banquet de fête.

Je ne le fais pas", explique Jean-Luc Mélenchon mercredi.

L'ancien président a été condamné lundi à trois ans de prison dont un ferme pour "corruption et trafic d'influence dans l'affaire dite des "écoutes", une décision dont il fera appel.

"La situation n'est ni noire ni blanche", estime le chef de file insoumis. "Elle met tous les gens sérieux mal à l'aise à voir un ancien président, un juge (l'ex-magistrat Gilbert Azibert, ndlr) et un avocat (Thierry Herzog, NDLR) condamnés dans des termes qui mettent en cause l'honorabilité de trois rouages essentiels de la vie publique".



Le président des députés Insoumis confie: "Je n'ai pas l'intention de désarmer ma méfiance. Je vois que cet épisode, contre son gré, n'aura pour finir produit qu'une chose: accroître le malaise politique du pays". Depuis son procès à Bobigny en 2019 pour "rébellion", à l'issue duquel il a été condamné, Jean-Luc Mélenchon a repris à son compte le concept de "lawfare", soit l'instrumentalisation politique de la justice, développé notamment en Amérique latine.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.