Sarcelles : six mois après son élection, le maire PS démissionne

Sarcelles : six mois après son élection, le maire PS démissionne
Le siège du PS, rue de Solférino à Paris, le 18 décembre 2017.

Orange avec AFP, publié le jeudi 15 mars 2018 à 16h36

Après la démission surprise de Nicolas Maccioni, élu en septembre dernier pour remplacer le député PS François Pupponi, les élus de l'opposition évoquent auprès du Parisien des problèmes relationnels entre les deux hommes. Selon eux, l'ancien maire ne laissait pas faire son successeur.

Mercredi 14 mars en début de soirée, le groupe de la majorité PS de la mairie de Sarcelles (Val-d'Oise) a reçu un mail de la part du maire Nicolas Maccioni auquel ils ne s'attendaient pas, rapporte Le Parisien.

"Chères toutes, chers tous, je vous fais part de ma décision mûrement réfléchie de démissionner de mon mandat de maire et de conseiller municipal. Dans la situation politique difficile que nous traversons, je suis conscient que je susciterai de la déception voire de la colère chez certains d'entre vous. Ma décision est motivée par des raisons personnelles et familiales", les a informé l'édile. "J'ai démissionné pour raisons personnelles et familiales. Et ne souhaite pas faire d'autres commentaires", a-t-il confirmé par la suite à l'AFP.

En accord avec la loi sur le non-cumul des mandats, Nicolas Maccioni avait remplacé en septembre 2017 le député PS François Pupponi, qui a dirigé la ville pendant vingt ans. Une succession pas évidente, selon Le Parisien. Cité par le quotidien, David Grandon, conseiller d'opposition explique que "François Pupponi le recadrait en permanence, il avait une mainmise sur les équipes. La réalité c'est que François Pupponi est toujours le maire, ça fait six mois que Nicolas Maccioni est sous tutelle."

"Je ne suis plus maire depuis huit mois et je ne recadre personne", a rétorqué François Pupponi, interrogé par l'AFP. Il a ajouté que, "compte tenu de ses problèmes", il s'attendait à la démission de M. Maccioni.

Un nouveau maire doit être élu dans les prochaines semaines.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.