Salon de l'Agriculture : ces moments de malaise des politiques

Salon de l'Agriculture : ces moments de malaise des politiques

Brut, publié le lundi 27 février 2017 à 19h56

Le Salon de l'Agriculture : des vaches, des politiques, et des moments malaise... C'est par exemple Jacques Chirac qui en 2005 s'exclame : "Ce ne sont pas des bovins, c'est des chefs d'oeuvre".

C'est ensuite Nicolas Sarkozy, qui en 2012, réplique à un homme qui ne veut pas lui serrer la main : "Casse-toi alors, pauvre con". C'est également François Hollande qui, en 2013, rétorque à des enfants lui disant n'avoir jamais vu Nicolas Sarkozy : "Ah ben tu le verras plus". C'est encore Alain Juppé qui manque de faire tomber par terre un agneau qu'on lui a mis dans les bras; ou Manuel Valls qui se voit violemment alpaguer.



C'est également Marine Le Pen qui lâche : "Ben il faut pas avoir peur de la merde quand on vient ici, il y en a partout". Quant à Martine Aubry, elle lance en 2011 : "Vous savez, nous dans le Nord, on commence [à boire] dès 7h du matin". C'est enfin le coup de sang de José Bové contre les politiques en 2007.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU