Salaires, économies : la politique de l'os à ronger

Salaires, économies : la politique de l'os à ronger
A lire aussi

LesEchos, publié le mercredi 14 février 2018 à 10h22

Fermeté en Corse, polyphonie sur l'économie. Si Edouard Philippe se dépeint souvent en « chef d'orchestre », c'est un morceau à multiples voix qu'il conduit depuis plusieurs jours. Une réforme de l'Etat aux airs ambitieux et des lettres de cadrage strictes à la veille durapport de la Cour des comptes. Le gouvernement veut maîtriser la dépense publique, faut-il entendre. Des ministres remettant dans l'agenda les heures sup sans cotisation que Macron promettait dans la campagne. Le gouvernement tient un cap social, faut-il en conclure aussi. C'est la politique du tout en même temps.

Dans cette partition, chacun tient un rôle, et parfois plusieurs. Darmanin, « Monsieur pouvoir d'achat », pousse sur les heures sup, tandis que Le Maire, « Monsieur 3 % », rappelle surtout que « l…

Lire la suite sur LesEchos

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
3 commentaires - Salaires, économies : la politique de l'os à ronger
  • A propos de "solidarité inter-générationnelle'', il faudra expliquer au petit retraité à peine smicard, pourquoi on lui pompe une vingtaine d'Euros par mois, quand un salarié du privé, relativement bien pourvu avec ses 5000 / mois, gagnera 150 Euros mensuels en plus ... Ils appelleront certainement ça faire gagner "la France et les français". Quant à ceux qui ont produit, on a oublié, ils ne produisent plus, ils sont punis, point !

  • Le Chef d'orchestre dirige une partition les musiciens en jouent une autre !
    Conclusions nous le voyons trous les jours par les incapacités des ministres à gérer leur ministère et la pagaille s'installe en France !
    Pendant ce temps les retraités considérés comme les serfs de la République paient !

  • Après avoir donner toute la bonne viande aux capitalistes, un os à ronger pour les sans dents c'est que dalle.

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]