"S'il faut que l'on casse, on va casser" : les salariés d'Ascoval lancent un appel au gouvernement

"S'il faut que l'on casse, on va casser" : les salariés d'Ascoval lancent un appel au gouvernement©GILLES GALLINARO / FRANCE-INFO

franceinfo, publié le mardi 23 octobre 2018 à 20h27

L'espoir des 281 salariés d'Ascoval à Saint-Saulve de voir leur aciérie reprise, s'amenuise. Cette entreprise du Nord est placée en redressement judiciaire depuis le début de l'année 2018. Lundi 22 octobre, le principal actionnaire et ancienne maison mère, Vallourec, a refusé de soutenir la seule offre ferme de reprise.

"C'est fini maintenant, on ne joue plus", s'est emporté mardi 23 octobre Bruno Kopczynski, le porte-parole de l'intersyndicale d'Ascoval. Il est sorti très énervé d'une table ronde à Valenciennes en présence d'élus locaux, de représentants syndicaux et de la secrétaire d'État auprès du ministre de l'Économie, Agnès Pannier-Runacher. Pour l'intersyndicale, le gouvernement doit intervenir directement dans le dossier de reprise et peser sur

Lire la suite sur Franceinfo

Vos réactions doivent respecter nos CGU.