Rugy reçoit le président du Parlement ukrainien, des Insoumis critiquent

Rugy reçoit le président du Parlement ukrainien, des Insoumis critiquent
Francois de Rugy, photo du 16 mai 2018.
A lire aussi

AFP, publié le lundi 11 juin 2018 à 16h42

Le président de l'Assemblée nationale, François de Rugy, a reçu lundi le président du Parlement ukrainien, Andriï Paroubiï, que le chef de file des députés Insoumis, Jean-Luc Mélenchon, a qualifié de "néonazi antisémite", a-t-on appris de source parlementaire.

"Voilà où mène l'atlantisme forcené", avait aussi tweeté dimanche M. Mélenchon, tandis que sur le même réseau social le député LFI de Seine-Saint-Denis Alexis Corbière demandait au titulaire du "perchoir" d'"annuler ce rendez-vous" car "la République française n'a pas à honorer ce violent xénophobe".

En conflit régulier avec ces députés d'extrême gauche, M. de Rugy (LREM) a répondu sur Twitter qu'"il est normal qu'(il) reçoive un homologue, élu à l'issue d'élections libres".

"La diplomatie parlementaire, c'est parler à tous les acteurs d'une crise: je vais ainsi reprendre les contacts avec la Douma de Russie interrompus depuis plusieurs années", a ajouté le locataire de l'Hôtel de Lassay.

A l'issue de la rencontre, la présidence de l'Assemblée a précisé que "les échanges ont notamment porté sur les textes (loi d'amnistie et statut spécial pour le Donbass) que le Parlement ukrainien doit adopter dans le cadre d'une résolution du conflit dans l'est de l'Ukraine".

M. de Rugy "a redit son attachement et celui de la France au droit international et à la résolution d'un conflit dans le cadre international multilatéral", celui du format dit "de Normandie" (Russie, Ukraine, Allemagne et France), a ajouté le communiqué de la présidence.

"Les relations entre l'Ukraine et l'Union européenne ont également été évoquées ainsi que l'accord économique signé avec la France à la fin du mois de mai dernier", a poursuivi la présidence.

En fin de journée, le président du Sénat Gérard Larcher (LR) devait également recevoir M. Paroubiï, qui a co-fondé le parti nationaliste ukrainien devenu Svoboda. Observant que "c'est un parlementaire démocratiquement élu d'abord comme parlementaire, ensuite comme président du Parlement par ses pairs", l'entourage de M. Larcher a affirmé que le président de la Rada (Parlement) était "un interlocuteur naturel".

Dans un communiqué, les sénateurs du groupe CRCE (à majorité communiste) "condamnent vivement l'accueil fait à Andriï Paroubiï, incompatible avec toutes les valeurs qui fondent la République française".

Ce lundi aussi, les ministres des Affaires étrangères russe, allemand, français et ukrainien se retrouvent à Berlin pour tenter de relancer le processus de paix dans l'est de l'Ukraine. 

Kiev et l'Occident accusent la Russie d'y soutenir militairement les rebelles pro-russes, ce que Moscou dément farouchement. Le conflit a fait plus de 10.000 morts depuis son déclenchement en 2014.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.