Rousseau veut "diminuer la part du travail", Jadot "dans la filiation de Hamon"

Rousseau veut "diminuer la part du travail", Jadot "dans la filiation de Hamon"
Sandrine Rousseau et Yannick Jadot, à Paris, en décembre 2020

publié le vendredi 24 septembre 2021 à 10h38

Les deux finalistes de la primaire écologiste Sandrine Rousseau et Yannick Jadot ont défendu vendredi leur vision d'un revenu universel, la première estimant qu'il fallait "diminuer la part du travail dans notre vie" et le second s'inscrivant "dans la filiation de Benoît Hamon".

Sandrine Rousseau propose un "revenu d'existence" de 850 euros "dès 18 ans pour les revenus en-deçà d'1,5 fois le Smic", a-t-elle indiqué au cours du débat sur BFMTV.

"La transformation écologique consiste à ralentir notre rythme, il faut revaloriser les temps de non-travail", a ajouté l'économiste.

N'est-ce pas inciter à "rester chez soi"? "Je dis oui, aujourd'hui on a développé des politiques d'emploi dégradées pour obliger les personnes à sortir de chez elles", a répondu Mme Rousseau.

"Au fond, c'est quoi le problème?", a insisté "l'éco-féministe": "Je prône qu'on puisse diminuer la part du travail dans notre vie, avec aussi la semaine de travail de quatre jours". Selon elle, cela veut dire "ne pas être tributaire d'une folie d'organisation pour consommer, afin d'avoir du temps pour sa famille, pour soi, pour les associations, c'est un temps qui n'émet pas de CO2, sans incidence écologique, où on se retrouve... C'est enthousiasmant!"

L'eurodéputé Yannick Jadot a défendu pour sa part un "revenu citoyen": "Dès notre arrivée au pouvoir le RSA augmente de 100 euros. Et dans le quinquennat, le revenu citoyen est porté au seuil de pauvreté, à 880 euros".

"Je m'inscris dans la filiation de ce qu'a porté Benoît Hamon en 2017, c'est le RSA + la prime d'activité, et ce que vous touchez est dégressif en fonction des revenus", a expliqué M. Jadot, qui s'était rangé derrière le candidat socialiste à la dernière élection présidentielle.

Selon lui, il faut "sortir d'une politique familialiste" en garantissant "l'autonomie des jeunes" dès 18 ans.

Le second tour de la primaire écologiste aura lieu en ligne, pour les plus de 122.000 inscrits, du 25 au 28 septembre.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.