Richard Ferrand : "Je ne suis pas un faux cul"

Richard Ferrand : "Je ne suis pas un faux cul"©source France Inter

source France Inter, publié le mercredi 31 mai 2017 à 09h30

Le ministre de la Cohésion des territoires répond aux soupçons de conflits d'intérêts dont il fait l'objet sur France Inter dans la matinale de Patrick Cohen. "Je ne suis pas un faux-cul.

La justice est souveraine. j'ai répondu à toutes les questions des journalistes. Il est normal que des comptes puissent être demandés", a-t-il déclaré.



Et d'ajouter : "Je porte une idée du retour à la confiance ; il y a des soupçons de duplicité et de vénalité. je pense aux auditeurs qui pourraient être déçus. On met en cause des choses qui datent de 2009. Aujourd'hui, je suis dans une autre temporalité et dans d'autres fonctions."

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
154 commentaires - Richard Ferrand : "Je ne suis pas un faux cul"
  • Il a raison ! Et une chose en son temps et une une autre dans un autre temps ! Qui peut se targuer de ne pas tirer une casserole un jour ou l'autre ! Cohen ?
    Mais c'est quoi cette France de journalistes finalement suspects ( désolé mais assumez pour une fois plutôt que de manipuler sans cesse , en commençant par censurer ) qui mettent tout par terre sous prétexte de vendre du papier en nous faisons croire à une thématique de vertueux dans un pays où cela n'existe plus depuis 50 ans ! Qu'un seul journaliste me souligne une seule personnalité dirigeante que ne profite pas de ses pouvoirs pour faire avancer les choses dans son propre sens ! Cette France de bisou-nounours naïfs qu'on essaye de nous faire croire comme possible est une illusion , une chimère ! Vous pensez vraiment que les choses sont aussi simples ? Et bien oui Superman et Batman n’existent qu'en bandes dessinées ! Vous polluez avec vos papiers !

  • Ferrand aurait pu conseiller et décider pour la mutuelle d'acheter ce local. Ce qu'il s'est bien garder de faire, sachant la plus-value qu'il ferait faire par la suite à sa compagne. En politique ou pas, ceci est un conflit d'intérêt avéré, et donc condamnable ...

    C'est évident et tellement évident que Ferrand n'y voit aucune malversation.
    Il est culotté!

  • Peu importe il y a eu conflit d'intérêt lorsqu'il était au Crédit Mutuel dans la mesure où il a profité de son poste pour favoriser un membre de sa famille. Contrairement à ce qu'il veut nous faire un Conseil d'Administration n'a rien à voir dans des décisions techniques, il nomme son Directeur Général et donne les lignes politiques de l'entreprise. Il nous explique que son fils avait un vrai travail...Trois mois il en a de la chance celui là quand dans bien des entreprises à cause des lois votées par des députés comme lui les "enfants de salariés" ne sont plus privilégiés dans les emplois d'été..."Faites ce que je dis ne faites pas ce que je fais...Je me fous de vous et alors ? Bravo à tous ces écervelés qui élisent et nomment à des fonctions très rémunératrice des gens qui profitent de leur prérogatives !

    Il n'y a que ce type de denrées qu'on désigne aux plus hautes fonctions...
    Les escrocs ne sont pas des gens qui se découvrent.

  • T'as pas un faux cum mais tu en as bien profité.

  • Eh! M.Ferrand, à quelle date remonte l'affaire pour laquelle on a descendu Pénélope Fillon? Pour vous, votre affaire qui date de 2009 ne devrait plus être remise sur la table et pour une affaire qui date de 1980 vous avez accablé M.Fillon pendant la campagne de la Présidentielle . 2 poids,2 mesures !!!!

    2 poids, 2 mesures, oui: l'un était député, l'autre ne l'était pas