Revers pour Audrey Pulvar à un mois des régionales

Revers pour Audrey Pulvar à un mois des régionales ©Panoramic

publié le mercredi 12 mai 2021 à 19h34

Tête de liste du mouvement "Île-de-France en commun", Audrey Pulvar vient de perdre un soutien de poids. Le Figaro rapporte que Bertrand Kern, maire socialiste de Pantin (Seine-Saint-Denis), s'est retiré de la campagne de l'ancienne journaliste.

La campagne pour l'élection régionale en Île-de-France devient de plus en plus difficile pour Audrey Pulvar. Selon les informations du Figaro, la candidate et tête de liste du mouvement « Île-de-France en commun » va devoir composer avec le départ d'un membre important de son camp. Bertrand Kern, maire socialiste de Pantin (Seine-Saint-Denis), a annoncé se retirer de la campagne.



C'est via un SMS envoyé jeudi 6 mai qu'il a informé l'ex-journaliste de son intention. Précédemment, il s'était adressé aux militants socialistes dans des termes très durs envers la candidate. Il révèle qu'il lui est "désormais impossible de lui faire confiance". "Audrey Pulvar a réussi ce 'sublime exploit' : pour contenter quelques-unes de ses amitiés, elle a mis en colère bon nombre de socialistes, dont moi", écrit-il.

Une union de la gauche impossible ?

Le retrait de Bertrand Kern est un vrai coup dur dans la perspective d'une alliance entre la liste d'Audrey Pulvar, celle de la liste La France Insoumise et celle d'Europe-Ecologie-Les-Verts. Le parti écologiste a déjà déposé sa liste quand Clémentine Autain, candidate LFI, considère la victoire possible après une union en sortie de premier tour.

Le départ du maire de Patin rend cette alliance encore plus improbable aux yeux de Roberto Romero, en tête de la liste de Julien Bayou dans les Hauts-de-Seine. Il considère que Bertrand Kern était "un de nos meilleurs alliés dans le travail de l'unité entre les listes", rapporte Le Figaro. De son côté, Bertrand Kern affirme que cette "histoire de place des socialistes dans la liste est la goutte d'eau qui a fait déborder un vase déjà trop plein".

Audrey Pulvar se retrouve en difficulté dans sa campagne pour une élection où les sondages ne la placent pas en position favorable. Au sein de son propre camp, l'ancienne journaliste diviserait. "Vous pouvez lui dire ce que vous voulez, elle n'écoute personne. Nous allons droit vers la catastrophe", confie un cadre socialiste. Contactée par Le Figaro, elle assure que l'affaire "est en train d'être traitée". De son côté, Bertrand Kern s'avère plutôt pessimiste quant à l'issue de ce scrutin. "Nous laissons les mesquineries dominer, tout cela sera au bénéfice d'une défaite annoncée", annonce-t-il.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.