Retraites : plus d'un Français sur deux estiment qu'une réforme ne devrait pas être engagée avant la présidentielle

Retraites : plus d'un Français sur deux estiment qu'une réforme ne devrait pas être engagée avant la présidentielle©Ludovic MARIN / AFP

publié le lundi 14 juin 2021 à 17h10

42% des Français estiment, en revanche, qu'il ne faut pas attendre l'élection présidentielle, selon un sondage OpinionWay-Square pour Les Echos et Radio Classique paru ce lundi 14 juin.

La très sensible réforme des retraites est remise dans le débat. Le projet de loi pour un "système universel" de retraites avait été stoppé net par la crise du Covid, après son adoption au forceps en première lecture à l'Assemblée, début mars 2020, en recourant au 49.3.



L'incertitude demeure sur une éventuelle réforme, et son articulation à un projet de loi sur la dépendance, dans un calendrier parlementaire très contraint.

Plus d'un Français sur deux (55%) estiment que cette réforme des retraites ne devrait pas être engagée avant la présidentielle, à en croire un sondage OpinionWay-Square pour Les Echos et Radio Classique paru ce lundi 14 juin.

Ils sont, à l'inverse, 42% à penser qu'il ne faut pas attendre cette échéance électorale.

Les retraites ne sont, en revanche, prioritaires que pour 32% des personnes interrogées.

Une grande majorité - 69% - trouvent que mener une telle réforme est nécessaire. Sur ce point, les électeurs d'Emmanuel Macron à la présidentielle de 2017 sont 84% à se ranger de cet avis. 87% de ceux de François Fillon, 48 % de ceux de Jean-Luc Mélenchon, et 56 % de ceux de Benoît Hamon, estiment également nécessaire de réformer les retraites.

Ces dernières "sont un sujet d'inquiétude, mais elles ne sont pas prioritaires. Après le Covid, les Français ne veulent pas être happés de nouveau par un thème douloureux, ils ont la tête ailleurs", a décrypté Bruno Jeanbart, le vice-président d'Opinionway, auprès des Echos.

Une réforme "très ambitieuse"

Le 3 juin, en déplacement dans le Lot, Emmanuel Macron avait estimé que cette très controversée réforme des retraites ne pouvait pas "être reprise en l'état".

"C'est une question que nous devons collectivement nous poser. Je ne pense pas que la réforme qui était initialement envisagée puisse être reprise en l'état", avait déclaré le chef de l'Etat devant la presse. "Elle était très ambitieuse, extrêmement complexe et, du coup, était porteuse d'inquiétude", a-t-il rappelé, en jugeant important de "prendre en compte" ces "peurs" et le contexte créé par la crise sanitaire.

"Il est trop tôt" pour se prononcer sur l'avenir de la réforme pour laquelle "rien n'est exclu", a ajouté le président. Il a précisé que la priorité actuelle du gouvernement était "la reprise d'activité" après la crise mais aussi "de voir comment la solidité de nos finances publiques est assurée".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.