Retraites : Marine Le Pen dénonce une "vraie-fausse reculade" du gouvernement sur l'âge pivot

Retraites : Marine Le Pen dénonce une "vraie-fausse reculade" du gouvernement sur l'âge pivot
Marine Le Pen, le 11 décembre 2019, à Paris

, publié le mercredi 18 décembre 2019 à 14h40

La présidente du Rassemblement national voit dans les déclarations d'Emmanuel Macron sur l'âge pivot "une vieille technique de négociation", alors que le chef de l'Etat a adressé un signal d'ouverture avant de nouvelles concertations avec les partenaires sociaux.

"Le seul moyen de débloquer le pays c'est de retirer (la) réforme". Marine Le Pen s'en est pris aux annonces de l'exécutif ce mercredi 18 décembre, après que le président de la République s'est dit "disposé à améliorer" la réforme des retraites notamment "autour de l'âge pivot".

"Dès que j'ai entendu parler de l'âge pivot (...) j'ai pensé à une manœuvre.

C'est une vieille technique de négociation, notamment quand il s'agit de négocier des fusions-acquisitions dans les sociétés. C'est-à-dire qu'on avance quelque chose qui est inadmissible pour se donner la possibilité de la retirer et laisser passer tout le reste qui est tout autant inadmissible mais dont on aura moins parlé", a estimé à l'antenne de BFM-TV la présidente du Rassemblement national, qui demande le retrait du projet gouvernemental.

"Je ne souhaite pas que les Français soient victimes de cette manœuvre" parce que "au-delà de l'âge pivot", "on va calculer votre retraite sur l'intégralité de votre carrière, et comme quasiment toutes les carrières sont ascendantes, évidement ça va être une perte majeure", a développé la députée du Pas-de-Calais.



En outre, "vous ne connaîtrez pas véritablement dans la durée la valeur du point, donc vous ne saurez pas ce que vous gagnerez lorsque vous serez à la retraite", a-t-elle ajouté. Le projet du gouvernement met en avant une "règle d'or" pour que la valeur du point ne puisse pas baisser. Au sujet de la durée de cotisation, la présidente du RN a évoqué "une prévision en 2035 de 43 annuités, ce qui donne une retraite prise en moyenne à 67 ou 68 ans", référence à la réforme des retraites de 2014, qui allonge progressivement la durée nécessaire pour une pension à taux plein.

Elle affirme également que "vous allez vous faire voler vos réserves pour les régimes autonomes et les salariés du privé". "Voilà les éléments qui sont absolument inadmissibles et que je ne voudrais pas voir passer au second plan, au motif de cette vraie fausse reculade sur l'âge pivot", a encore ajouté la finaliste de la dernière élection présidentielle.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.