Retraites: le patron de LREM juge l'obstruction de l'opposition "indigne"

Retraites: le patron de LREM juge l'obstruction de l'opposition "indigne"
Stanislas Guerini, le président de LREM lors d'un meeting dans l'ouest de la Frénce le 29 septembre 2019.

, publié le jeudi 20 février 2020 à 11h15

Le numéro un de La République en marche, Stanislas Guerini, a jugé jeudi "indigne pour la démocratie" l'obstruction menée par l'opposition à l'Assemblée nationale dans le cadre du débat sur la réforme des retraites.

Les discussions ont démarré lundi dans l'hémicycle, dans une ambiance électrique et, dès mercredi, l'examen a viré au blocage. Les députés doivent éplucher quelque 41.000 amendements. 

"Nos oppositions ont décidé de saboter ce texte", a déploré M. Guerini.

"Nous pourrions avoir un débat de qualité, avec des oppositions. (...) Là, il n'y a absolument aucun fond, absolument aucune volonté de modifier le texte, de l'enrichir; il y a une volonté de mettre le débat par terre", a poursuivi le patron de LREM, lui-même député de Paris, en exprimant sa "honte".

Interrogé sur la possibilité pour le gouvernement d'engager sa responsabilité sur le projet de loi dans le cadre prévu par l'article 49, alinéa 3 de la Constitution, "ce n'est pas le choix de cette majorité d'utiliser le 49.3, mais je veux aller au bout de l'examen de ce texte et le voter", a-t-il fait valoir.

"Les choses se font devant les Français en transparence, chacun peut regarder ce qui se passe à l'Assemblée nationale: voir qui veut avancer qui veut simplement bloquer les débats", a-t-il poursuivi en disant ne pas vouloir "céder à ceux qui veulent saboter la démocratie".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.