Retraites : Jean-Paul Delevoye démissionne

Retraites : Jean-Paul Delevoye démissionne
Le haut commissaire à la réforme des retraites Jean-Paul Delevoye a présenté sa démission.

, publié le lundi 16 décembre 2019 à 12h42

Après une semaine de révélations sur ses activités et mandats non déclarés, le haut-commissaire à la réforme des retraites a présenté sa démission lundi 16 décembre à Emmanuel Macron, qui l'a accepté "avec regret".

Accusations de conflit d'intérêt avec les assurances, cumul de fonctions interdit par la Constitution... Fragilisé, le haut-commissaire Jean-Paul Delevoye confiait vendredi 13 décembre dans les colonnes de Libérationqu'il avait déjà "pensé" à démissionner pour préserver la réforme des retraites dont il est l'artisan depuis septembre 2017 après des révélations sur ses différents "oublis" de déclarations d'activité.

Après de nouvelles révélations du Monde ce week-end, Jean-Paul Delevoye a finalement présenté ce lundi sa démission du gouvernement à Emmanuel Macron, qui l'a accepté "avec regret". Il sera remplacé "dans les plus brefs délais", a précisé la présidence.




Admettant "une légèreté coupable",  Jean-Paul Delevoye considère que la "confiance est fragilisée sous les coups d'attaques violentes et d'amalgames mensongers" et qu'à travers son "procès", on "veut porter atteinte au projet" qu'il juge "essentiel pour la France", explique-t-il dans une déclaration transmise à l'AFP.

Pour l'Élysée, "le haut-commissaire a jugé préférable de démissionner afin de pouvoir répondre aux critiques dont il fait l'objet. Nous saluons sa démarche de responsabilité à un moment important de la réforme". "C'est de bonne foi que Jean-Paul Delevoye a commis ces omissions, il va pouvoir s'en expliquer. Il aura les moyens de se défendre en quittant ses fonctions", a souligné l'entourage d'Emmanuel Macron, qui a salué son "travail très substantiel au service d'une réforme historique".

Le "Monsieur retraites" du gouvernement a reconnu avoir omis de déclarer sa fonction d'administrateur bénévole dans un institut de formation de l'assurance, l'Ifpass, et a rectifié ce week-end sa déclaration d'intérêts en déclarant 13 mandats, dont 11 bénévoles, soit dix de plus que dans la version initiale. M. Delevoye a aussi cumulé sa fonction gouvernementale avec celle, rémunérée, de président de Parallaxe, un institut de réflexion sur l'éducation, cumul déclaré mais pas autorisé, ce qu'il dit avoir appris ensuite.

Après ses révélations, l'opposition réclamait sa démission. "Disqualifié, discrédité, il doit partir avec sa reforme", estimait lundi matin le secrétaire national du PCF, Fabien Roussel, s'offusquant sur franceinfo que M. Delevoye ait pu cumuler "20.000 euros au bas mot par mois" alors qu'aujourd'hui il "explique aux Français qu'il va falloir faire des efforts pour équilibrer un système de retraites". Le gouvernement plaidait de son côté "la bonne foi" de Jean-Paul Delevoye. 

"Il était temps"

Les réactions de l'ensemble de l'échiquier politique ont fusé dès l'annonce de son départ, de Marine Le Pen à Jean-Luc Mélenchon, en passant par le PS et La République en marche.

• Édouard Philippe a salué le "sens des responsabilités" de Jean-Paul Delevoye. Le Premier ministre "le remercie pour le travail de conviction et de dialogue mené depuis deux ans en tant que haut-commissaire aux retraites avec les partenaires sociaux et les parlementaires", a ajouté Matignon, dans un communiqué.

• Marine Le Pen, présidente du Rassemblement national



• Jean-Luc Mélenchon, chef de file de La France insoumise


• Adrien Quatennens, député LFI et numéro 2 du mouvement



• Parti socialiste



• Gilles Le Gendre, président du groupe LREM à l'Assemblée nationale

"Les députés La République en marche expriment a Jean-Paul Delevoye leur tristesse et respect après la décision courageuse qu'il vient de prendre de démissionner du gouvernement. Rien ni personne ne lui enlèvera d'avoir imaginé et conçu la réforme la plus juste et la plus protectrice en France depuis 1945", a tweeté le chef de file des députés LREM.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.