Retraites : "certains sont en grève parce qu'ils ne comprennent pas tout", selon Jean-Michel Blanquer

Retraites : "certains sont en grève parce qu'ils ne comprennent pas tout", selon Jean-Michel Blanquer
Le ministre de l'Éducation Jean-Michel Blanquer à Matignon, le 25 novembre 2019.

, publié le lundi 02 décembre 2019 à 11h20

À quelques jours de la mobilisation contre la réforme des retraites, le ministre de l'Éducation a défendu la réforme, assurant qu'il s'agissait d'assurer "pour les générations à venir", une "retraite plus équitable et plus simple". 

"Aujourd'hui, les retraites sont un système complexe qui risque de ne pas fonctionner dans les temps à venir si on ne fait rien. (...) Le gouvernement veut agir pour assurer pour les générations à venir une retraite plus équitable et plus simple", a déclaré le ministre de l'Éducation Jean-Michel Blanquer sur RTL lundi 2 décembre, défendant la réforme des retraites à venir. 



"Si nous voulons assurer l'égalité et la simplicité (...), nous devons jouer sur un paramètre.

Les trois paramètres qui existent en matière de retraite c'est le niveau de pension, le montant des cotisations et l'âge de départ à la retraite", a expliqué le ministre, qui s'exprimait au lendemain d'une réunion organisée à Matignon pour faire le point sur cette réforme contestée des retraites, à quelques jours de la journée de mobilisation du 5 décembre.

"Nous savons que nous ne voulons pas diminuer le montant de la pension. C'est l'engagement vis-à-vis des Français (...). Nous ne souhaitons pas travailler sur l'augmentation des cotisations, parce qu'il y a déjà beaucoup de charges sociales sur les Français", a poursuivi Jean-Michel Blanquer.

"Toute la discussion porte sur l'âge", a indiqué le ministre, ajoutant que "ce point-là n'est pas encore défini", "il se discute". À la question de savoir si tout le monde allait devoir travailler plus longtemps, le ministre a expliqué qu'"indépendamment de la réforme, tout le monde a compris que dans un pays où on vit plus vieux et où il y a moins d'actifs, il est normal d'agir sur l'un des paramètres". 

Quant à ceux qui ont annoncé vouloir faire grève, "je pense que certains sont en grève parce qu'ils ne comprennent pas tout", a déclaré le ministre avant d'ajouter qu'il était du travail du gouvernement d'expliquer la réforme avant la grève du 5 décembre. D'autres "ont envie de faire valoir leur façon de voir, ce qui est tout à fait leur droit en démocratie", a poursuivi le ministre qui a insisté sur la volonté de dialogue du gouvernement en amont du mouvement social.

S'exprimant sur les retraites des enseignants, le ministre a expliqué que les primes seront "intégrées" dans le calcul des rémunérations. Aujourd'hui, les primes "ne sont pas très élevées", a-t-il expliqué avant d'assurer que le gouvernement "travaillait sur cette inégalité", notamment en revalorisant les salaires. "Il y a des revalorisations en 2020 qui ont déjà été budjetées", a rappelé Jean-Michel Blanquer, évoquant "850 millions d'euros pour le pouvoir d'achat des enseignants" en 2020, avant d'autres mesures en 2021. 
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.