Retard de Pfizer dans la livraison des vaccins : "Si ce retard est limité comme ceci, je crois qu'on n'a pas un vrai problème", assure le ministre Clément Beaune

Retard de Pfizer dans la livraison des vaccins : "Si ce retard est limité comme ceci, je crois qu'on n'a pas un vrai problème", assure le ministre Clément Beaune
Le secrétaire d'Etat chargé des Affaires européennes Clément Beaune, le 9 novembre 2020 à Vienne, en Autriche.

, publié le dimanche 17 janvier 2021 à 11h11

Alors que le laboratoire américain a annoncé samedi que les retards de livraisons de vaccins contre le Covid-19 seraient limités à une semaine, le secrétaire d'Etat aux Affaires européennes assure que "ça n'aura pas d'impact la semaine prochaine sur le rythme de la campagne de vaccination"

Faut-il craindre un retard dans la campagne de vaccination à cause des retards de livraison du vaccin Pfizer/BiONTech ? Invité de franceinfo dimanche 17 janvier, le secrétaire d'Etat aux affaires européennes s'est voulu rassurant. Les deux laboratoires ont assuré samedi avoir mis en place un "plan" pour limiter à une semaine les retards de livraison, alors que l'Europe craignait de voir faiblir les livraisons de doses pendant "trois à quatre semaines". "Ca n'aura pas d'impact la semaine prochaine sur le rythme de la campagne de vaccination", a précisé le ministre. 




"On aura une production sans doute un peu réduite la semaine prochaine", a confirmé Clément Beaune. Il y aura "la semaine prochaine un peu moins que les 520.000 doses supplémentaires qui devaient être livrées", a-t-il précisé, avant d'ajouter : "le rythme, qui a été contractualisé de 500.000 doses par semaine, sera repris dès la semaine du 25 janvier et accéléré à partir de la mi-février". "Le total qui a été commandé pour la France, notamment sur le premier trimestre, sera honoré", a-t-il estimé.

C'est préférable que "le creux arrive maintenant" car "on a encore du stock", a insisté le ministre. "Si ce retard est limité comme ceci, je crois qu'on n'a pas un vrai problème", a-t-il poursuivi, alors que la campagne de vaccination pour les personnes de plus de 75 ans et les plus vulnérables doit commencer lundi. "On est vigilants, le but ce n'est pas de ralentir la production, c'est de l'accélérer", a-t-il martelé. 

Clément Beaune s'est par ailleurs dit optimiste en ce qui concerne l'autorisation de mise sur le marché d u vaccin d'AstraZeneca : "Nous avons bon espoir que fin janvier soit autorisé un troisième vaccin, c'est encore 400 millions de doses supplémentaires que nous avons commandées en tant que pays Européens, et à chaque fois, pour la France, c'est à peu près 15%, donc plus de 40 millions de doses supplémentaires".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.