Reprise dans les écoles : "un cafouillage" pour Laurent Berger

Reprise dans les écoles : "un cafouillage" pour Laurent Berger
Laurent Berger à l'Élysée, le 4 juin 2020.

publié le lundi 08 juin 2020 à 22h05

Le secrétaire général de la CFDT a estimé que les conditions de reprises dans les écoles avaient été mal préparées, gênant ainsi les travailleurs.

Laurent Berger, le secrétaire général de la CFDT, a critiqué lundi les conditions de reprise "erratiques" dans les écoles, "un cafouillage" qui met des travailleurs dans des situations "difficiles".


"A l'école, ça commence à ressembler à un cafouillage, pour ne pas dire plus", a-t-il lancé lors d'une visioconférence. 

Le numéro un de la CFDT a critiqué "des conditions de reprise assez erratiques, avec des situations très différentes les unes des autres" dans les écoles et "un nombre d'enfants accueillis assez faible", qui "perturbent nombre de travailleurs et les mettent dans des situations parfois difficiles".

"Ca commence à poser de sérieux problèmes à l'ensemble des travailleurs de ce pays le fait que pour l'école, les choses soient si compliquées", a-t-il ajouté.

Un protocole sanitaire en question

Laurent Berger s'est toutefois gardé d'appeler à ouvrir toutes les écoles ou d'accélérer le déconfinement. "On n'a pas la compétence sanitaire pour savoir comment les choses doivent se passer dans les écoles", a-t-il expliqué, tout en insistant sur le fait que "c'est très difficile de se retrouver" dans la situation actuelle.

Le ministre de l'Education, Jean-Michel Blanquer, a dit jeudi espérer que le protocole sanitaire qui encadre l'accueil des élèves dans les écoles pourra être assoupli "bientôt", même si ce ne sera pas pour tout de suite.

Actuellement, plus de 80% des écoles ont été rouvertes. Mais elles n'accueillent que 22% des écoliers français, en raison du protocole sanitaire, les enfants étant souvent accueillis par roulement, parfois une ou deux journées par semaine, souvent moins dans des grandes villes comme Paris.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.