Remaniement : un premier refus pour Jean Castex

Remaniement : un premier refus pour Jean Castex
Laurence Tubiana (à gauche) arrivant à l'Élysée, le 29 juin 2020.
A lire aussi

, publié le samedi 04 juillet 2020 à 20h46

Pressentie pour le poste de ministre de l'écologie, bien qu'elle nie avoir été contactée, Laurence Tubiana a annoncé ne pas vouloir rejoindre un "gouvernement technocratique".


"L'écologie n'est pas une option", a assuré Jean Castex sur le plateau de TF1, au soir de sa nomination à Matignon, vendredi 3 juillet. Peinant à convaincre de son attachement à l'écologie, le Premier ministre cherche un ministre capable de répondre aux attentes des Français, exprimées lors des élections municipales.


Et ce ne sera pas Laurence Tubiana, qui a balayé l'idée d'un revers de main.

Cheville ouvrière de la Cop21 et de la Convention citoyenne pour le climat, elle "ne souhaite pas" entrer au gouvernement, a-t-elle indiqué samedi 4 juillet à l'AFP, alors que son nom était évoqué dans la presse pour le ministère de l'Ecologie. 

"Je ne crois plus à la politique des petits pas", a-t-elle souligné. "Il me semble que je suis plus utile là où je suis et en étant vigilante sur la mise en œuvre des pistes" avancées par la Convention citoyenne.

"Je n'ai pas eu de contacts" pour entrer au gouvernement, a aussi assuré cette universitaire et diplomate, respectée dans la sphère environnementale.

La nomination de Jean Castex, issu de la droite, au poste de Premier ministre, a-t-elle joué dans sa position? "Je ne peux pas le dire. Je ne le connais pas. C'est un homme sans doute sérieux et responsable", mais ce "n'est pas une figure de référence dans les domaines qui me mobilisent".

"Un gouvernement plus technocratique, ce n'est pas ce que je cherche", dit encore "cette femme de gauche et écologiste", qui souhaite continuer sa "réflexion sur une feuille de route et une plateforme" qui mettrait la "justice sociale" au cœur de la transformation écologique.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.