Remaniement gouvernemental : Édouard Philippe "amer" ?

Remaniement gouvernemental : Édouard Philippe "amer" ?
Christophe Castaner et Édouard Philippe le 24 octobre 2018 au palais de l'Élysée, à Paris.

publié le mercredi 24 octobre 2018 à 17h28

Le Premier ministre serait notamment "agacé" par l'influence qu'a eue François Bayrou sur la nomination des ministres.

Il aura fallu deux semaines au couple exécutif pour constituer le nouveau gouvernement après le départ de Gérard Collomb. Deux semaines pour que le Premier ministre et le chef de l'État trouvent un terrain d'entente.

Selon les informations du Canard enchaîné daté du mercredi 24 octobre, Édouard Philippe ressort "amer" de ce bras de fer. Le Premier ministre ne serait pas satisfait du tandem nommé à l'Intérieur, Christophe Csataner, premier lieutenant d'Emmanuel Macron et Laurent Nunez, secrétaire d'État. Selon l'hebdomadaire satirique, le Premier ministre voulait voir les Républicains Gérald Darmanin et Frédéric Péchenard place Beauvau, il n'a pas été entendu. "Bayrou ne voulait pas d'un sarkozyste", rapporte Le Canard enchaîné.

"Bayrou commence à m'agacer sérieusement"

Édouard Philippe regretterait également la promotion de Jacqueline Gourault à la tête du ministère de la Cohésion ds territoires et des Relations avec les collectivités territoriales et la nomination de Marc Fesneau ministre des Relations avec le Parlement. Tous deux membres du Modem et proches de François Bayrou. C'est lui qui aurait appuyé leur candidature au sein du gouvernement Philippe II auprès d'Emmanuel Macron.



Le maire de Pau serait ainsi dans le viseur du Premier ministre. "Bayrou commence à m'agacer sérieusement. Il donne des leçons en permanence, mais, le fond de sa pensé, c'est : 'tout serait mieux si j'étais à Matignon'", aurait déclaré Édouard Philippe à ses collaborateurs, selon des propos rapportés par Le Canard enchaîné.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.