Régionales: la solidité du front républicain à l'épreuve avant la présidentielle

Chargement en cours
Karima Delli, tête de liste de l'union de la gauche et des écologistes pour les régionales dans les Hauts-de-France, en 2016 à Notre-Dame-des-Landes
Karima Delli, tête de liste de l'union de la gauche et des écologistes pour les régionales dans les Hauts-de-France, en 2016 à Notre-Dame-des-Landes
3/3
© AFP, JEAN-SEBASTIEN EVRARD
A lire aussi

publié le vendredi 11 juin 2021 à 10h11

Le RN donné en tête dans six régions sur 13, des présidents sortants contraints de s'allier pour le battre: les régionales et les départementales du 20 et 27 juin mettront à l'épreuve la solidité du "front républicain" qui avait tenu bon il y a six ans.

A moins d'un an de la présidentielle, le parti de Marine Le Pen, favorisé par un scrutin à la proportionnelle, se retrouve en position de conquérir une ou plusieurs régions, ce qui serait une grande première.

Le coup n'était pas passé loin en 2015, où le Rassemblement national avait obtenu son plus haut historique avec 27,7% des voix au premier tour. Mais le parti d'extrême droite n'était pas parvenu à confirmer l'essai au deuxième round, le "front républicain" lui barrant la route grâce notamment au retrait sacrificiel de la gauche en Paca et dans les Hauts-de-France.

Le barrage tiendra-t-il encore six ans plus tard ? "Il s'effrite petit à petit", constate le politologue Jean-Yves Camus.

Du coup, chez LREM on plaide pour un "rassemblement républicain", qui regrouperait autour d'une tête de liste les autres forces "républicaines", afin d'éviter des désistements purs et simples qui laisseraient l'opposition uniquement entre les mains du RN. 

"La nécessité est de lutter contre le RN, mais la question est la manière de le faire", estime un conseiller du chef de l'Etat, pour qui les régionales "peuvent être un laboratoire pour voir comment les forces se structurent" avant la présidentielle.

A une semaine du premier tour, la prime aux sortants, qui récompense traditionnellement ceux qui ont géré une crise comme celle du coronavirus, ne semble garantie que pour de rares présidents : Laurent Wauquiez (LR) en Auvergne-Rhône-Alpes et Valérie Pécresse (Libres!, ex-LR) en Ile-de-France, voire le centriste Hervé Morin en Normandie.

Pour les autres, ils seront sans doute contraints de chercher des alliances: "Il y aura des configurations compliquées au second tour, avec des triangulaires ou des quadrangulaires qui peuvent favoriser le RN", observe le politologue Pascal Perrineau. 

Cela pourrait être le cas pour le sortant LR Jean Rottner dans le Grand Est ou le PS François Bonneau en Centre-Val de Loire, pris en tenaille entre le RN et le ministre Marc Fesneau, le candidat le mieux placé de la majorité présidentielle pour remporter une région lors d'un scrutin qui lui est défavorable.

Dans de nombreuses régions, la question d'une fusion des listes se posera. Et ce même si "entre LR et LREM ce sera compliqué", explique M. Perrineau, qui rappelle le psychodrame qui a secoué les Républicains après l'annonce par le Premier ministre Jean Castex d'un accord avec le sortant LR Renaud Muselier en Paca.

- Un tremplin pour 2022 ? -

Bien que locales, ces élections prennent une dimension nationale encore plus importante que d'habitude en raison de la proximité de la présidentielle.

A droite, Valérie Pécresse et Xavier Bertrand, qui se sont engagés à se retirer de la vie politique s'ils sont battus, ainsi que Laurent Wauquiez attendent du scrutin un tremplin pour se lancer potentiellement dans la course à l'Elysée. Des trois, le présidents des Hauts-de-France a déjà annoncé qu'il serait candidat en 2022, sauf défaite le 27 juin. 

"Ces élections seront un indicateur", estime M. Perrineau. "Si LR s'en tire bien, le parti pourra affirmer qu'il n'est pas en crise, qu'il n'est pas déchiré entre LREM et le RN, et que les électeurs lui refont confiance", analyse-t-il.

A gauche, les Verts comptent profiter de la dynamique qui les a portés à la tête de plusieurs grandes villes l'an dernier lors des municipales. Ils misent sur un succès en Pays de la Loire, où un sondage donne vainqueur au second tour l'écologiste Matthieu Orphelin face à la sortante LR Christelle Morançais.

Mais la gauche part divisée, à l'exception des Hauts-de-France où l'écologiste Karima Delli est parvenue à la rassembler autour de sa candidature.  

Dans les départements, le scénario est identique: les sortants devront faire face à la poussée du Rassemblement national, qui là non plus ne détient aucun d'entre eux.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.