Régionales : Valérie Pécresse se pose en "seul rempart" contre la "gauche extrême"

Régionales : Valérie Pécresse se pose en "seul rempart" contre la "gauche extrême"
Valérie Pécresse, en septembre 2020, à Paris

publié le mardi 22 juin 2021 à 11h55

La présidente sortante d'Île-de-France lance un appel à la mobilisation, face à une gauche qui a uni ses forces en vue du second tour de dimanche 27 juin.

Arrivée en tête du premier tour des élections régionales en Île-de-France, Valérie Pécresse bat le rappel des troupes dans la perspective du face-à-face avec la liste unifiée des trois figures de la gauche pour l'élection, Julien Bayou, Clémentine Autain, et Audrey Pulvar. Les trois têtes de liste ont annoncé leur fusion, face à la présidente sortante d'Île-de-France, qui voit en ce scrutin un "choix de société".

"L'enjeu est trop important", a t-elle mis en garde, mardi 22 juin, à l'antenne de France Inter. "Je suis le seul rempart contre cette gauche extrême. "Ca n'est pas gagné. L'abstention est tellement forte et tellement de gens pensent que c'est fait que j'appelle à la mobilisation de tous les républicains sincères. Aujourd'hui, il faut faire rempart aux idées de monsieur Mélenchon", a t-elle encore ajouté, dans une allusion à Clémentine Autain. Valérie Pécresse a par ailleurs confirmé qu'elle se retirerait de la vie politique si elle venait à perdre l'élection. "Ce sera stop ou encore Pécresse", a t-elle lancé.

La fusion des trois listes de gauche en lice aux régionales en Ile-de-France a été scellée lundi autour de l'écologiste Julien Bayou qui a réalisé le meilleur score parmi elles au premier tour, et tentera dimanche de battre la sortante Valérie Pécresse. Selon un sondage réalisé début juin avec les trois hypothèses testées au second tour, le report de voix n'est toutefois pas total pour Julien Bayou (27%). Valérie Pécresse reste donc favorite, d'autant que l'ex-ministre compte grappiller des voix à Jordan Bardella (RN, 13,12%) et Laurent Saint-Martin (LREM, 11,76%) face au danger que constitue selon elle une liste qu'elle qualifie de "gauche extrême".

"Valérie Pécresse n'a aucune réserve" de voix, a rétorqué Clémentine Autain, qui sera tête de liste départementale en Seine-Saint-Denis. "Si on pense que ce rassemblement peut créer une dynamique, alors rien n'est joué dans cette élection." Pour Julien Bayou, tête de liste à Paris, la "fébrilité" de Mme Pécresse "témoigne de notre dynamique". 

 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.