Régionales : "un coup de semonce pour la majorité", estime François Bayrou

Régionales : "un coup de semonce pour la majorité", estime François Bayrou
François Bayrou

publié le lundi 28 juin 2021 à 07h56

Le maire de Pau a mis en garde l'exécutif contre "les postures attentistes" après les résultats médiocres du parti présidentiel au second tour des élections régionales. 

La mise en garde de François Bayrou. Le président du Modem et proche d'Emmanuel Macron a jugé dimanche 27 juin sur LCI que les résultats des élections régionales représentaient "un coup de semonce très violent, très puissant pour la démocratie française et la manière dont elle fonctionne ou plutôt dont elle ne fonctionne pas". "Il ne faut pas se voiler la face, c'est aussi un coup de semonce très important pour la majorité. C'est deux éléments méritent qu'on sorte des postures attentistes", a-t-il poursuivi. 

Le maire de Pau a recommander à l'exécutif de ne pas "passer par-dessus l'élection et recommencer comme c'était avant". "Le coup de semonce que les Français ont adressé s'adresse aussi à ceux qui sont aux responsabilités, parce que les Français n'ont probablement pas perçu le cap qu'ils avaient reconnus au moment de l'élection du président de la République", a-t-il analysé sur la chaîne d'information en continu. 
 




"L'abstention c'est la manifestation d'une opinion, d'un retrait, je ne pense pas que l'abstention soit une désinvolture, je pense que c'est un choix de la part de ceux qui se sont abstenus", a commenté l'éphémère ministre de la Justice d'Emmanuel Macron.

"Personne n'arrive à comprendre la différence entre régions et départements"
 "Les Français ne se reconnaissent plus dans la manière dont le pays est organisé, dont il fonctionne démocratiquement", a-t-il également commenté, assurant que "personne n'arrive à comprendre la différence entre régions et départements, avec deux élections différentes, selon deux lois électorales différentes."
"Il faut que nous reprenions la question de l'organisation de notre démocratie locale", "infiniment embrouillée par des strates successives où les électeurs n'arrivent pas à se reconnaître", a réclamé François Bayrou.



 "C'est quand même absolument incroyable, que dans un pays comme le nôtre, on ait des autorités nationales qui continuent à nous expliquer que 'non le vote par correspondance ça ne se fera pas'", s'est-il exclamé, prenant comme exemple les élections présidentielles américaines de 2020 où plus de 100 millions d'électeurs ont voté par correspondance ou de manière anticipée. "Il n'y a rien de plus simple que d'instaurer ou de réinstaurer le vote par correspondance", a-t-il plaidé

Vos réactions doivent respecter nos CGU.