Régionales: Pradié (LR) s'inquiète d'un possible report

Régionales: Pradié (LR) s'inquiète d'un possible report
Aurélien Pradié (LR) e 28 avril 2020

, publié le mercredi 17 mars 2021 à 14h13

Le numéro 3 de LR Aurélien Pradié, candidat en Occitanie, a mis en garde mercredi contre la tentation d'un report des élections régionales et départementales, prévues en juin, en raison d'une "situation de dangerosité sanitaire".

"Il n'est pas exclu que, comme pour les municipales, le gouvernement nous dise que le rendez-vous démocratique des départementales et des régionales est secondaire par rapport à l'urgence sanitaire", s'est inquiété le député du Lot au micro de Sud Radio, au moment où Emmanuel Macron doit trancher sur un confinement de l'Ile-de-France et dans les Hauts-de-France face à la "troisième vague" de l'épidémie.

"J'ai un doute et une inquiétude pour deux raisons", a précisé le secrétaire général de LR. "La première, c'est que je ne fais pas confiance au ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, pour se préoccuper d'abord de l'intérêt général avant de se préoccuper des petits intérêts électoraux de la République en marche", a-t-il accusé.

"La deuxième raison de mon inquiétude, c'est que je vois bien que progressivement on est en train d'installer une situation à nouveau de peur et de dangerosité sanitaire dans notre pays", a ajouté M. Pradié. 

"Je ne conçois pas qu'on puisse reporter une échéance démocratique", a-t-il averti.

Et d'insister: "auquel cas on pourrait faire la même chose pour les prochaines présidentielles après tout en se disant qu'il y a une urgence sanitaire et que la démocratie attendra. La démocratie, ça n'attend pas".

Après le report de trois mois pour des raisons sanitaires, les dates des régionales et départementales sont désormais fixées au 13 juin pour le premier tour et au 20 juin pour le second. 

Le décret officiel a été publié, mais une clause de revoyure, début avril, pourrait autoriser un nouveau report si les conditions sanitaires ne permettent pas le bon déroulement de la campagne électorale.

"Les choses se déroulent comme elles avaient été annoncées, le conseil scientifique doit remettre un avis, je crois que c'est avant le 1er avril, sur la situation sanitaire, la capacité opérationnelle à tenir ces élections", a rappelé le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal à la sortie du Conseil des ministres.

"Evidemment c'est cet avis qui sera notre boussole et derrière cet avis, c'est évidemment la situation sanitaire", a-t-il ajouté.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.