Régionales: pas d'union de la gauche dans le Grand Est

Régionales: pas d'union de la gauche dans le Grand Est
Aurélie Filippetti à Strasbourg, le 11 mai 2021.

publié le mardi 11 mai 2021 à 16h47

Pas d'union de la gauche dans le Grand Est aux élections régionales : l'ex ministre socialiste Aurélie Filippetti a déposé mardi la liste de son "Appel inédit" après l'échec des négociations avec les écologistes autour d'une liste commune.

"On a fait beaucoup de propositions, j'étais prête à laisser la tête de liste" en cas d'union avec la liste "Il est temps! Pour l'écologie et la justice sociale" conduite par Eliane Romani, a indiqué Mme Filippetti lors de la présentation à Strasbourg des neuf têtes de liste départementales de son Appel, soutenu par les Insoumis, Génération.s et les radicaux.

"On avait envie de cette union mais maintenant, ce sont les électeurs qui vont trancher", a ajouté Mme Filippetti, tête de liste en Moselle, alors que Mme Romani doit déposer mercredi sa liste d'union EELV, PS et PC.

"Les Verts sont dans une stratégie de conquête d'une hégémonie à gauche, pas forcément pour les élections régionales, peut-être pour la présidentielle l'année prochaine", a estimé l'ancienne ministre, qui a déposé mardi après-midi sa liste à la préfecture.

Soutenue par les Insoumis, Génération.s et les radicaux de gauche, cette initiative, qui entend dépasser les appareils politiques, "venait un peu comme un caillou dans leur chaussure", a analysé Mme Filippetti.

Celle-ci a lancé cet Appel inédit avec la députée LFI de Meurthe-et-Moselle Caroline Fiat et la socialiste alsacienne Pernelle Richardot.

Maintenant, "notre responsabilité, c'est de ne surtout pas nous taper dessus les uns les autres, notre adversaire c'est la droite; notre ennemi, c'est l'extrême-droite", a-t-elle insisté.

Dans le Grand Est, un sondage Harris Interactive dévoilé fin avril par les Verts plaçait la liste RN de Laurent Jacobelli en tête à 28% au premier tour devant le président sortant, le LR Jean Rottner (24%). Arrivent ensuite la liste macroniste de Brigitte Klinkert, ministre déléguée chargée de l'Insertion (18%), celle de Mme Romani (16%), puis celle d'Aurélie Filippetti (10%).

Entourée de plusieurs membres de sa liste et de l'ancienne ministre de la Culture, la socialiste Catherine Trautmann, signataire de L'appel inédit, Mme Filippetti a égratigné le bilan de Jean Rottner, jugé "pas satisfaisant", et brocardé sa "présidence plan-plan".

Elle a également détaillé ses "priorités" en cas d'élection : "gratuité des transports pour tous" d'ici la fin de la mandature, "+plan Marshall+ pour la jeunesse", durement touchée par la crise sanitaire : bourses renforcées, 500 emplois-jeunes pour le rattrapage scolaire...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.