Régionales : Marine Le Pen demande un bracelet anti-rapprochement pour Eric Dupond-Moretti

Régionales : Marine Le Pen demande un bracelet anti-rapprochement pour Eric Dupond-Moretti©FRANCOIS LO PRESTI / AFP

publié le samedi 08 mai 2021 à 18h40

Après s'être positionné sur la liste LREM pour les Hauts-de-France, le ministre de la Justice, Eric Dupond-Moretti, s'est opposé à Marine Le Pen.

Marine Le Pen et Eric Dupond-Moretti ont livré samedi 8 mai leur première passe d'armes dans le Pas-de-Calais, au lendemain de l'annonce par le ministre de la Justice de sa candidature aux régionales, pour éviter "que cette terre file entre les mains du RN".


La présidente du Rassemblement National et députée du Pas-de-Calais a ouvert les hostilités, raillant "l'obsession (...) relativement étrange" du ministre à son égard, à l'issue de la cérémonie du 8-Mai dans le fief RN d'Hénin-Beaumont. "Il paraît qu'il reste quelques bracelets anti-rapprochement en rab, je suis preneuse", a-t-elle ironisé. 

"J'ai vu beaucoup de forts en gueule venir ici tenter de défier le RN et opérer des rodomontades (...) et ils sont tous assez rapidement repartis plutôt humiliés par l'expérience", a ajouté la patronne du RN, citant Bernard Tapie et Jean-Luc Mélenchon. Le RN est crédité par les sondages de talonner la liste de l'ex-LR et patron sortant de la Région Xavier Bertrand. 

Quelques heures plus tard, le ministre relevait le gant, lors d'une visite annoncée au dernier moment sur un marché de Lens, sa première sortie après l'annonce de sa candidature dans le Pas-de-Calais, au côté de la tête de liste régionale d'En Marche Laurent Pietraszewsksi. 

"Débarrassez-nous de Marine"

Il a accusé le RN d'être "un véritable danger pour la démocratie": "il n'y a que de la contestation, jamais l'ombre d'une proposition, jamais l'envie de débattre", a-t-il lancé à l'adresse d'une habitante. La mise en scène de l'affrontement, dans la logique de la majorité présidentielle, a valu quelques retours positifs au ministre.

"Allez, débarrassez-nous de Marine", a lancé un commerçant, "nous on a peur du FN, faut pas c'est pas possible", a developpé un client, ex-militant de la "marche des Beurs".
 
Mais l'ex-star des prétoires, novice en politique et qui n'entend pas démissionner, a aussi été mis sur la défensive sur ses fonctions à la Justice. "La justice elle est pourrie, comme le gouvernement, il faut rétablir la peine de mort" l'a bousculé une passante. "C'est de la caricature (...) c'est pas moi qui rend la justice" a tenté de dialoguer le ministre, mettant en avant les jurés populaires avant d'être aussi interpellé par un quinquagénaire sur les défaillances de la lutte contre les violences faites aux femmes.

Notamment accompagnée de Tiphaine Auzière, une des belle-filles du chef de l'Etat, le garde des Sceaux a égratigné au passage Xavier Bertrand qui a conditionné sa candidature à la présidentielle à sa victoire aux Régionales. S'il est élu, le candidat LREM va "lui rester" à la Région, a souligné M. Dupond-Moretti.

"Des parachutés"

La mobilisation de ce poids-lourd gouvernemental vise aussi à fragiliser celui qui se voit en "troisième homme" de la présidentielle, en rognant sur son électorat régional et en le plaçant en cas de maintien du LREM au second tour face à un choix cornélien face au RN. Xavier Bertrand avait emporté la région en 2015 sur Marine Le Pen, arrivée en tête au premier tour, grâce au désistement du PS.

Le camp Bertrand a d'emblée exclu toute alliance: "s'ils passent la barre des 10%", LREM devra se désister s'il veut faire barrage au RN, a réaffirmé vendredi Pierre-Henri Dumont, député LR du Pas-de-Calais. "Dupond-Moretti n'a pas osé se présenter contre Marine Le Pen dans le canton d'Henin-Beaumont (...) et Marine Le Pen n'à pas eu le cran de se présenter contre Xavier Bertrand aux régionales. Et pourtant ça la ramène et ça mouline des bras...", a aussi raillé sur Twitter, pour le camp LR, le maire du Touquet Daniel Fasquelle. 

"Ce sont deux parachutés", a-t-il fustigé sur BFMTV, alors que le garde de Sceaux, natif de Maubeuge et longtemps ténor du barreau de Lille, met en avant ses liens avec la région. Mme Le Pen ne se représente pas aux régionales, mais est candidate aux départementales dans le canton d'Hénin-Beaumont.

Xavier Bertrand avait pour sa part réagi vendredi en tweetant quelques vers de Jean de La Fontaine: "La ruse la mieux ourdie/Peut nuire à son inventeur/Et souvent la perfidie/Retourne sur son auteur". 
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.