Régionales: le numéro 2 du RN tête de liste en Ile-de-France

Régionales: le numéro 2 du RN tête de liste en Ile-de-France
Jordan Bardella en juillet 2020 à Paris lors d'une conférence de presse

, publié le lundi 01 mars 2021 à 15h40

Le numéro deux du Rassemblement national Jordan Bardella a confirmé lundi qu'il conduirait la liste de son parti aux élections régionales en Ile-de-France, où il ne comptait pas se présenter avant de changer d'avis.

"Oui je serai candidat à ces élections régionales en Ile-de-France parce que l'Ile-de-France c'est ma région. Je suis né, j'ai grandi dans une cité HLM de Seine-Saint-Denis, et les problèmes que moi j'ai pu rencontrer très jeune en Seine-Saint-Denis, on est en train de les voir dans tout le pays", a affirmé sur RTL le vice-président et eurodéputé du RN, qui est aussi directeur de campagne pour ce scrutin.

L'Ile-de-France, où le RN avait récolté 14,02% des voix aux régionales de 2015, "n'est pas un fief" du parti, a admis Jordan Bardella. "C'est un défi, avec l'ambition de porter le RN le plus haut possible dans ces élections régionales".

"Nous sommes à un an de la présidentielle et l'Ile-de-France est le symbole aujourd'hui, malheureusement dans un certain nombre de villes, de cette ultraviolence qui gangrène le pays", a souligné l'ancienne tête de liste du RN aux élections européennes, qui avait porté son parti à la première place de ce scrutin en 2019, devant LREM.

Il a précisé qu'il allait "travailler avec des gens du RN mais nous irons au-delà" avec "beaucoup de gens de la société civile" et "des gens de Debout la France avec lesquels nous discutons aujourd'hui pour constituer une très large liste de rassemblement".

Le parti Debout la France, présidé par l'ancien allié de Marine Le Pen en 2017, Nicolas Dupont-Aignan, a affirmé sur Twitter que M. Bardella prenait ses "désirs pour des réalités" et que DLF présenterait "ses propres listes aux élections régionales, y compris en Île-de-France. Toute déclaration inverse serait purement mensongère".

En septembre, M. Bardella avait affirmé au Figaro qu'il ne serait "pas candidat", estimant que "c'est le propre des petits partis que les mêmes soient systématiquement candidats à tout" et qu'il fallait "faire émerger de nouvelles figures". Le RN a moins de candidats connus à ce scrutin, alors qu'en 2015 Marine Le Pen, présidente du RN, Florian Philippot, son bras droit à l'époque, et Marion Maréchal, ex-députée, s'étaient présentés.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.